in

Aux Etats-Unis, des murailles géantes pour lutter contre les tornades ?

Crédits : skeeze / Pixabay

Chaque année, des centaines de tornades font des ravages aux États-Unis, dévastant tout sur leurs passages et obligeant souvent les sinistrés à reconstruire entièrement leurs maisons. Pour lutter contre ces phénomènes extrêmes de la nature, un physicien de l’Université de Temple à Philadelphie propose de construire d’immenses murailles dans le but de réduire leur nombre et leur puissance.

Le projet estimé à plus de 16 milliards de dollars vise à construire des murs de 300 mètres de haut pour 50 de large afin de perturber les conditions météorologiques et de réduire le potentiel de développement des tornades. Le coût de ces murailles serait selon lui compensé à long terme par la diminution des coûts liés aux dommages provoqués par ces tourbillons destructeurs.

Les murailles géantes seraient implantées dans la Tornado Alley, une immense zone située au centre des États-Unis, dans laquelle se produisent la plupart des tornades. Cette région est favorable à la naissance de phénomènes violents du fait de situations à forts contrastes thermiques. L’air chaud et humide remonte depuis le Golfe du Mexique tandis que de l’air froid descend du Nord en longeant les Montagnes Rocheuses. La rencontre de ces masses d’air provoque des situations explosives bien connues des chasseurs de tornade.

736px-Tornado_Alley_Diagram_fr.svg

« En construisant des murailles de 300 m de haut et de 50 m d’épaisseur sur le Nord du Dakota, la frontière du Kansas et de l’Oklahoma ainsi que sur le Sud du Texas et la Louisiane, nous pouvons faire diminuer de manière significative le nombre d’évènements sur l’allée des tornades, en aval des Montagnes Rocheuses. Nous construirons d’abord des murailles à proximité des zones les plus exposées, puis nous étendrons le projet aux autres régions », a ainsi déclaré Ronjia Tao, le professeur à l’origine du projet.

Son idée est toutefois bien loin de faire l’unanimité. Des experts des conditions météorologiques extrêmes estiment que de telles constructions n’auraient pas les effets attendus et pourraient même avoir des conséquences imprévues. Elles auraient également des conséquences sur la faune et la flore. « Il existe déjà, en aval des Rocheuses, des reliefs comme ceux des Wichitas ou des Ozarks, avec une orientation et une taille similaire à ce qui est préconisé par le projet. Or, ces reliefs n’empêchent pas les tornades de se former », déclare ainsi Harold Brook, chercheur au National Severe Storm Center Laboratory. Mickaël Narçon, un chasseur de tornade que nous avions déjà interviewé estime lui aussi que ces murailles n’auraient pas d’effet du fait de leur taille encore trop réduite. Quand à la National Oceanic and Atmospheric Administration (NOAA), elle explique que la seule façon d’arrêter une tornade est de perturber la supercellule orageuse elle-même, mais que cela pourrait entraîner des dégâts plus importants encore.

Malgré ces avis défavorables, Rongjia continue de croire en son projet. « J’ai discuté avec des architectes, qui me disent que le projet est réalisable », s’est-il réjoui.

Sources : BBC, RTS, Koco