in

Climat : vers une augmentation de la température de +5°C d’ici à 2100 ?

Crédits : FastFlash / Pixabay

Une réactualisation des modèles climatiques a permis à des climatologues d’affirmer que le réchauffement climatique se poursuivait sur des bases plus élevées que modèle le plus pessimiste élaboré par le GIEC en 2014. Selon les chercheurs, si l’humanité continue à ce rythme, la température à la surface du globe pourrait dépasser les 5 °C d’augmentation d’ici à 2100.

Comme l’explique le site Climate Challenge, le scénario le plus pessimiste sur le réchauffement climatique proposé par le Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (GIEC) est le scénario A1F1, décrivant un monde qui continue principalement de fonctionner avec les combustibles fossiles.

Une étude menée par Patrick Brown et Ken Caldeira, climatologues de l’Institut Carnegie de l’Université de Stanford (États-Unis) explique que la réalité pourrait être encore pire. Ces recherches publiées dans la revue Nature le 6 décembre 2017 suggèrent que « le réchauffement climatique sera probablement plus important ». Les chercheurs indiquent que les scénarios les plus pessimistes du GIEC contiennent des projections trop vagues, évoquant une augmentation moyenne de la température comprise entre 3,2 et 5,9 °C d’ici à 2100.

Les climatologues américains ont tenté de réduire cette fourchette en incluant dans les modèles des données en lien avec des observations faites par satellite concernant l’absorption (et le renvoi) de l’énergie solaire par la Terre. Ainsi, les chercheurs pensent que « le réchauffement le plus probable est d’environ 0,5 °C plus important » que ce que prévoyait le GIEC dans leur scénario le moins optimiste.

Rappelons que l’Accord de Paris de 2015 annonçait une volonté de limiter à 2 °C (voire à 1,5 °C) l’augmentation de la température à la surface du globe. Cependant, les chercheurs sont plutôt sceptiques sur la question :

« Nos résultats indiquent que parvenir à n’importe quel objectif de stabilisation de la température mondiale nécessitera des réductions plus importantes des émissions de gaz à effet de serre que celles précédemment calculées. »

Autrement dit, si l’humanité ne fait pas plus d’efforts, non seulement les objectifs de l’Accord de Paris ne seront pas respectés, mais le monde se dirigera vers des augmentations de température catastrophiques à l’heure où la disparition progressive de la banquise, l’acidification des océans et la montée de leur niveau sont déjà des faits alarmants. Citons également les dérives du dérèglement du climat à mettre en lien avec les catastrophes naturelles telles que davantage d’inondations et de plus puissants ouragans.

Sources : Sciences et AvenirFrance Info