in

Des astrophysiciens dressent une carte de l’énergie lumineuse contenue dans la Voie lactée

Crédits : ESA / HFI / LFI consortia.

Des astrophysiciens ont récemment estimé la répartition de toutes les énergies lumineuses contenues dans notre galaxie, nous donnant un nouvel aperçu de sa composition stellaire.

Plus on avance et plus on a l’impression de « connaître » notre galaxie. Il y a quelques jours des chercheurs estimaient que la moitié environ de la matière contenue dans la Voie lactée avait été « volée » il y a des milliards d’années à d’autres galaxies voisines plus petites. Cette étude publiée dans les Monthly Notices de la Royal Astronomical Society et menée conjointement par des astrophysiciens de l’Université du Lancashire et de l’Institut Max Planck, en Allemagne, détaille cette fois-ci en quelque sorte la distribution des photons stellaires (ou lumière stellaire) dans la Voie lactée.

Des estimations antérieures ont déjà été faites, mais ces nouvelles estimations s’appuient notamment sur les images récentes fournies par l’Observatoire spatial Planck de l’Agence spatiale européenne qui tracent le rayonnement thermique et la lumière infrarouge. « Grâce à ces instruments, nous avons non seulement déterminé la distribution de l’énergie lumineuse dans la Voie lactée, mais aussi estimé le contenu de poussière stellaire et interstellaire », explique l’astrophysicienne Cristina Popescu de l’Université du Lancashire, principale auteure de cette étude.

En parcourant tous les photons stellaires et en faisant des prédictions sur la façon dont la Voie lactée devrait apparaître dans les rayons ultraviolets, visuels et thermiques, les chercheurs ont ainsi pu définir une image complète de la répartition de la lumière stellaire, une étape cruciale non seulement pour obtenir une image complète de notre galaxie, mais également pour nous permettre de retracer son histoire. Il s’agit d’une tâche ardue puisqu’il est beaucoup plus « simple » d’observer et d’analyser des galaxies extérieures que de sonder notre propre « chez nous » de l’intérieur.

Une image de la Voie lactée vue par l’Observatoire spatial Max Planck en infrarouge. Les données contenues dans cette image ont été essentielles dans le calcul de la distribution de l’énergie lumineuse de notre galaxie. Crédits : consortium ESA /HFI / LFI.

Les chercheurs ont également pu montrer comment la lumière stellaire dans notre galaxie affecte la production de photons à rayons gamma par des interactions avec des rayons cosmiques. Les rayons cosmiques sont des électrons et des protons à haute énergie impliqués dans la formation des étoiles, des planètes et se retrouvent dans tous les processus régissant l’évolution galactique. Ils favorisent les réactions chimiques dans l’espace interstellaire, conduisant à la formation de molécules complexes.

Source