in

Une poussière venue “d’ailleurs” s’est incrustée dans notre système solaire

Crédits : Pixabay

Une équipe d’astronomes annonce avoir identifié la présence d’une poussière interstellaire à l’intérieur d’une météorite. Un grain de matière microscopique mêlé à la formation de notre système solaire il y a 4,5 milliards d’années.

Passant au microscope l’intérieur d’une météorite chondritique – découverte en Antarctique – des chercheurs de l’Université d’Arizona ont récemment identifié un “intrus”. Les analyses ont en effet révélé qu’il s’agissait en réalité d’une poussière d’étoile, très ancienne, composée d’une combinaison de graphite (une forme de carbone) et de silicate (un sel composé de silicium et d’oxygène). Des niveaux élevés de carbone 13 ont également été repérés. Pour les chercheurs il ne fait aucun doute : cette poussière d’étoile ne vient pas de “chez nous”. Son histoire est tout à fait incroyable.

Un long périple

Les indices sur sa composition laissent en effet supposer que cette relique de l’Univers a été catapultée, il y a plusieurs milliards d’années, par une ancienne explosion d’étoile. Mais pas n’importe laquelle : une explosion de nova.

Celles-ci se produisent lors de l’échange d’énergie entre une étoile ordinaire et une naine blanche, une étoile qui a brûlé la plus grande partie de son combustible nucléaire. La naine siphonne l’énergie de l’autre étoile, et finit au bout d’un moment par “se rallumer”. Des éclats de matière jaillissent alors dans l’espace. Cette poussière d’étoile – nommée LAP-149 – est en fait l’un de ces éclats.

Catapultée, la graine aurait alors traversé l’espace interstellaire – sans encombres – avant de finir à proximité de ce qui sera un jour notre système solaire. D’après les analyses de la météorite à l’intérieur de laquelle cette poussière a été retrouvée, il semblerait que celle-ci se soit tout simplement mêlée à notre système au moment même de sa formation, il y a 4,5 milliards d’années.

système solaire
Un grain de poussière d’étoile (image incrustée) enfermé dans une météorite qui a survécu à la formation de notre système solaire. Crédits : Heather Roper / Université de l’Arizona

Comprendre notre histoire

« Ces grains pré-solaires nous donnent un aperçu des éléments constitutifs à partir desquels notre système solaire s’est formé, explique Pierre Haenecour, principal auteur de l’étude publiée dans Nature Astronomy. Ils nous fournissent également un instantané direct des conditions régnant dans les étoiles au moment même où ces grains se sont formés ».

La découverte, fascinante, nous prouve donc une fois de plus que des grains riches en carbone et en oxygène provenant d’explosions de nova ont bel et bien contribué à la construction du système solaire. C’est, après tout, le cycle même de la vie stellaire. Des étoiles mettent fin à leurs vies et ensemencent l’Univers, permettant ainsi la formation de nouvelles étoiles et planètes.

Les chercheurs ambitionnent maintenant de trouver et analyser de plus grandes poussières à l’avenir, dans l’espoir de pouvoir les dater avec précision.

Source

Articles liés :

Une éruption gigantesque repérée sur une toute petite étoile

Découverte de l’un des plus anciens amas d’étoiles de l’Univers

Vie extraterrestre : c’est autour de ces étoiles qu’il faut chercher

Une poussière venue “d’ailleurs” s’est incrustée dans notre système solaire
noté 3.7 - 6 vote[s]