in

Voici à quoi ressemblait véritablement un bébé T-Rex

Crédits : Musée américain d'histoire naturelle / YouTube

Une nouvelle reconstruction – la plus détaillée à ce jour, nous montre à quoi ressemblait véritablement un bébé T-Rex. Une sorte de petite boule de plumes qui deviendra plus tard l’un des prédateurs les plus féroces de la planète.

L’image que l’on se fait du T-Rex – celui du film Jurassic Park – n’est pas forcément la bonne. Si la version imaginée par Steven Spielberg est assez ressemblante, les données récoltées depuis une vingtaine d’années sur le théropode nous permettent de visualiser un animal différent. L’adulte, par exemple, était plus potelé, avec un centre de gravité plus bas. Le petit, visualisé dans Le monde perdu (1997), était également légèrement différent. Plus petit, et recouvert de plumes. En témoigne cette nouvelle reconstitution.

Pas plus grand qu’une dinde

Adultes, les T-Rex pouvaient atteindre les 4 mètres de haut, les 13 mètres de long, et peser jusqu’à 9 tonnes. Les petits, à peine sortis de l’œuf, n’étaient en revanche pas plus grands qu’une dinde, assez maigres, avec des « bras » plus longs en proportion à leur corps, comparés à l’âge adulte. Au cours de leur croissance rapide, les juvéniles prenaient environ 3 kg par jour, et ce pendant 13 ans. Et chaque bébé T-Rex était également recouvert d’une couche de plumes duveteuses. Comme ci-dessous :

t-rex
Crédits : Musée américain d’histoire naturelle/YouTube
t-rex bébé
Crédits : Musée américain d’histoire naturelle/YouTube

Ce que nous savons du T-Rex

La question de savoir si l’adulte portait encore ses plumes est encore débattue. Selon cette nouvelle analyse, il est probable que certaines plumes étaient encore visibles le long de la tête et de la queue de l’animal. Quant à l’utilité de ses petits bras, certains ont émis l’idée qu’ils étaient complètement inutiles, quand d’autres ont suggéré que les griffes tournées vers le bas leur permettaient de blesser leurs proies ou ennemis. Une récente étude, néanmoins, portait il y a quelques semaines un nouveau regard sur leur fonction.

La rotation des coudes du T-Rex semblait en effet permettre à l’animal de remontrer ses bras vers la poitrine en tournant les paumes de ses mains vers l’intérieur. Pour les chercheurs, un tel mouvement pouvait alors permettre à ces anciens reptiles d’approcher leur proie vers la gueule, pour mieux les mordre.

Rappelons également que sa force de frappe – rapportée à sa taille – n’était tout compte fait pas très impressionnante (57 000 Newtons). À titre de comparaison, le Grand pinson moulu des îles Galapagos (magnirostis de Geospiza) présente une morsure de 70 Newtons pour un poids plume de seulement 33 grammes. En d’autres termes, la force de morsure de cet oiseau est environ 320 fois plus puissante que ne l’était celle du T-Rex, en rapportant les deux espèces au même poids.

Source

Articles liés :

Pourquoi le T-Rex était incapable de tirer la langue

Un jeune T-Rex incroyablement bien conservé a été retrouvé aux États-Unis

L’un des fossiles de T-Rex les plus complets découvert dans l’Ouest américain

Voici à quoi ressemblait véritablement un bébé T-Rex
noté 5 - 2 votes