in

Ils ont transformé des cellules souches en cellules productrices d’insuline

Crédits : iStock

Une équipe de chercheurs annonce avoir pour la première fois transformé des cellules souches en cellules matures productrices d’insuline. Une étude prometteuse qui pourrait permettre, à terme, de mettre au point un traitement curatif contre le diabète de type 1.

Cellules souches

Le diabète de type 1 traduit une défaillance du système immunitaire. Nos défenses détruisent les cellules du pancréas produisant l’insuline, qui contrôle le niveau de glucose dans le sang. En conséquence, les diabétiques de type 1 doivent s’injecter leur propre insuline. Le système, bien que pas très pratique, fonctionne. Mais les personnes concernées – notamment à cause de problèmes de dosages – peuvent également s’exposer à une insuffisance rénale, une maladie cardiaque, ou un accident vasculaire cérébral (AVC). Une greffe de pancréas peut également éventuellement être tentée, mais les sujets restent dépendants des donneurs, et les rejets ne sont pas exclus.

En bref, les traitements proposés fonctionnent, mais ils ne sont ni pratiques, ni sans risques. Pour résoudre le problème des donneurs, la recherche – encore une fois – s’est tournée vers les cellules souches. Il s’agit en fait de cellules, immatures, qui ne se sont pas encore “spécialisées”. L’idée consiste alors à les manipuler dans le but de leur attribuer une fonction voulue : ici, devenir des cellules bêta du pancréas, productrices d’insuline.

injection diabète
Une injection d’insuline. Crédits : iStock

Des résultats prometteurs

En se développant normalement dans le pancréas, les chercheurs savent désormais que ces cellules s’organisent en grappes appelées “îlots pancréatiques”. Une équipe de l’Université de San Francisco (États-Unis) a récemment tenté de reproduire ce processus en laboratoire, dans des boîtes de Pétri, séparant artificiellement les cellules souches pancréatiques pour les réorganiser en grappes. Ils ont publié leurs travaux dans la revue Nature Cell Biology.

Et les résultats ont été convaincants : les cellules souches pancréatiques ont effectivement réussi à mûrir. Transplantées ensuite chez plusieurs souris, celles-ci ont alors produit de l’insuline, comme le feraient de véritables cellules pancréatiques en réponse aux niveaux anormaux de glycémie.

« Nous pouvons maintenant générer des cellules productrices d’insuline qui ressemblent et agissent comme les cellules bêta du pancréas que vous et moi avons dans notre corps, explique Matthias Hebrok, principal auteur de l’étude. Il s’agit d’une étape cruciale vers notre objectif de création de cellules qui pourraient être transplantées chez des patients diabétiques ».

Ce n’est ici qu’un début, et d’autres travaux seront nécessaires avant que l’approche ne soit testée lors d’essais cliniques. Les scientifiques soupçonnent par exemple qu’une fois introduites dans le pancréas, ces cellules pourraient elles aussi être victimes du système immunitaire défaillant. Chassées comme les autres, en quelque sorte. Pour pallier au problème, les chercheurs envisageraient alors de s’appuyer sur l’outil CRISPR, dans le but de modifier génétiquement les cellules souches afin qu’elles ne puissent pas être détectées par les systèmes de défense.

Source

Articles liés :

Ce vaccin courant aiderait involontairement à prévenir le diabète de type 1

Diabète : Les problèmes d’accès à l’insuline ne vont faire que s’aggraver

Un médicament contre le diabète causerait des infections génitales graves

Notez cet article