in

Cette exoplanète est si chaude qu’elle semble déchirer les molécules d’eau

Ces vues nous montrent à quoi pourrait ressembler la planète à partir de cinq points de vue différents, chacun éclairé à différents degrés par son étoile parente. Ces objets ne reflètent presque pas la lumière. Cependant, il y fait si chaud qu’ils produisent leur propre éclat. La couleur orange de cette image simulée provient donc de la chaleur propre à la planète. Crédits : NASA/JPL-Caltech/Vivien Parmentier/Université Aix-Marseille (AMU)

Il existe en ce monde une exoplanète dont la surface est si chaude qu’elle déchire les molécules d’eau. Vous retrouverez cette planète ultra-chaude, semblable à Jupiter, à environ 880 années-lumière de la Terre.

Une équipe de chercheurs a récemment examiné de plus près les données sur le WASP-121b, où les températures diurnes peuvent dépasser 2 200 Kelvin (environ 1927 °C). En comparant ces données à celles provenant de planètes similaires – dont une dans un système d’étoiles différent appelé WASP-103b – les astronomes ont alors pris conscience du genre d’objet auquel ils avaient affaire : WASP-121b appartient en fait à une nouvelle classe d’exoplanètes appelées Jupiter « ultra-chauds ».

«La plus grande surprise a été que, à bien des égards, cela ressemble plus à une étoile qu’à une planète », explique à Gizmodo Laura Kreidberg, du Centre d’astrophysique Harvard-Smithsonian et principale auteure de l’étude. « Nous l’avons examiné parce que nous voulions mesurer la quantité d’eau dans son atmosphère, mais lorsque nous avons étudié les données, nous n’avons pas vu d’eau ». Il s’avère en effet que la planète est tout simplement trop chaude.

Les Jupiter chauds et « ultra chauds » évoluent sur des orbites très proches de leur étoile hôte, dont ils font le tour en quelques heures – ou jours. WASP-121b par exemple, un peu plus massive que Jupiter, en fait le tour en à peine 1,3 jour. Une autre conséquence de la proximité entre l’étoile et sa planète est que cette dernière se retrouve « verrouillée » sur son orbite, et présente toujours la même face devant son étoile – comme la Lune autour de la Terre. Conséquence : il fait très chaud sur la face « éclairée » de WASP-121b, avec des températures pouvant atteindre les 3 000 °C, tandis que son côté « nuit » n’excède pas les 1000 °C. Sur ce monde, les températures du côté éclairé sont telles que la vapeur d’eau se décompose en ses composants, oxygène et hydrogène.

Articles liés : 

Exoplanètes : Doit-on redéfinir la notion de « zone habitable » ?

Serons-nous bientôt capables de photographier des exoplanètes ?

Maintenant, tout le monde peut chasser les exoplanètes

Cette exoplanète est si chaude qu’elle semble déchirer les molécules d’eau
noté 5 - 1 vote[s]