in

La planète en attente de son diagnostic santé par des centaines de scientifiques

Crédits : qimono/Pixabay

Des experts réunis en Colombie ont planché sur l’élaboration de plusieurs rapports traitant de l’état de la biodiversité de la Terre en proie à ce que l’on qualifie de sixième extinction d’espèces animales et végétales.

“Si nous continuons ainsi, oui, la sixième extinction, la première causée par les humains, va se poursuivre !”, a déclaré Robert Watson, président de la Plateforme intergouvernementale sur la biodiversité et les services écosystémiques (IPBES).

L’événement qui s’est récemment déroulé à Medellin (Colombie) a réuni plus de 750 scientifiques et décideurs de 116 pays membres de l’organisation, qui se sont accordés pour dire qu’il n’était pas trop tard bien que la situation soit déjà alarmante. Les spécialistes s’apprêtent à rendre quatre énormes rapports sur l’état de la biodiversité aux Amériques, en Afrique, en Asie-Pacifique et en Europe (+ Asie centrale).

Ces rapports intégreront des données récoltées localement par pas moins de 600 chercheurs durant trois années, pour un total de publications scientifiques avoisinant le nombre de 10.000. Il faut savoir que cet immense travail couvrira la totalité de la surface de la Terre hormis l’Antarctique ainsi que les eaux internationales.

“La biodiversité et le changement climatique sont les deux faces de la même pièce de la crise écologique à laquelle nous sommes confrontés” a notamment déclaré M. Lambertini du Fonds mondial pour la nature (WWF).

L’IPBES avait déjà indiqué il y a quelque temps que la Terre était confrontée à la sixième extinction massive d’espèces depuis l’apparition de la vie et la première depuis celle ayant causé la disparition des dinosaures il y a environ 65 millions d’années.

En revanche, il faut bien savoir que les rapports qui seront publiés par l’IPBES dans un avenir proche ne seront pas des restrictions, mais des suggestions que les pays membres pourront choisir de suivre ou non.

Sources : Sciences et Avenir20 Minutes

Notez cet article