in

2015, 2016 et 2017 sont les 3 années les plus chaudes jamais enregistrées !

Crédits : Nasa

Comme attendu, l’année 2017 se placera donc dans le top 3 des années les plus chaudes au niveau global depuis le début des observations avec environ 0,45 °C d’anomalie par rapport à la moyenne 1980-2010. Suivant les différents organismes, elle occupera la seconde ou la troisième place. Cela fait suite aux années 2015 et 2016 exceptionnellement douces à l’échelle globale formant ainsi un pic chaud très net de plusieurs années dans la tendance au réchauffement à long terme. 

Les différents centres scientifiques ont publié leur bilan concernant l’anomalie globale de température pour l’année 2017. Après les années 2015 et 2016 successivement classées comme les années les plus chaudes depuis le début des mesures (datant d’il y’a environ plus d’un siècle), 2017 se maintient à un haut niveau en se positionnant entre la seconde et la troisième place du podium. Le GISS (Nasa, Amérique) et les réanalyses (Américaine et Européenne) lui accordent la seconde place avec une anomalie autour de 0,5 °C par rapport à la période 1981/2010, tandis que la JMA (Japon) et la NOAA (Amérique) lui accordent la troisième place avec une anomalie proche de 0,4 °C. 2016 reste en tête du podium.

Crédits : Géographie des anomalies de température pour l’année 2017. Source : GISS, NASA.

Les différences entre les divers centres dépendent en partie de la méthode utilisée pour interpoler dans les régions peu couvertes en stations. Par exemple, la NOAA ne couvre pas les pôles (régions qui se réchauffent plus vite que le reste du globe). Néanmoins, les différents organismes sont en bon accord sur l’importante tendance au réchauffement à long terme.

Il convient de préciser que si les années 2015 et 2016 ont bénéficié du phénomène El nino (un mode de variabilité de l’océan Pacifique équatorial) leur permettant d’atteindre des sommets, l’année 2017 a au contraire été marquée par l’apparition du phénomène opposé, la Nina. Se situer sur le podium dans de telles conditions est remarquable. Ainsi, 2017 sera l’année la plus chaude parmi les années non El Nino. Cela témoigne de la forte tendance de fond au réchauffement, les pics montant de plus en plus haut et les creux descendant de moins en moins bas. Cela apparaît de manière très évidente sur les courbes ci-dessous (à titre d’exemples, JMA et GISS respectivement).

On peut toutefois espérer que, par inertie, les conditions Nina qui persistent toujours finiront par faire baisser l’anomalie globale de façon plus nette pour l’année 2018, ce qui mettrait temporairement fin à l’important coup de chaud de ces 3 dernières années. Cependant, alors que les concentrations de CO2 et d’autres gaz à effet de serre continuent de monter en flèche, la tendance au réchauffement à long terme devrait se maintenir durant les prochaines décennies.

2015, 2016 et 2017 sont les 3 années les plus chaudes jamais enregistrées !
Notez cette actu