in

Le centre français de recherche aérospatiale présente son avion du futur !

Crédits : Onera

L’Office national d’études et de recherches aéronautiques (Onera) a récemment présenté son nouveau concept : un avion du futur 100 % électrique. Celui-ci devrait entrer en service vers 2030 dans une version taxi des airs !

Le salon international de l’aéronautique et de l’espace de Paris-Le Bourget (SIAE) se déroule du 19 au 25 juin 2017. Dans les allées, on retrouve notamment le stand de l’Onera, le centre français de recherche aérospatiale sur lequel une grande maquette est exposée.

Il s’agit de la maquette d’un « concept-plane », un avion entièrement électrique d’une envergure de trois mètres. À l’horizon 2030, cet avion baptisé Ampere devrait être mis en service en version taxi volant, mais également à usage privé. L’avion sera décliné en plusieurs versions, dont les performances varieront de 400-600 km afin de relier des villes à distance moyenne (version 4 à 6 passagers) et jusqu’à 1000-1500 km pour desservir les régions (version 50 à 80 passagers), ce qui représente actuellement 80 % des distances de trajets en avion.

La maquette a été fabriquée au 1/5e de l’original et est composée en partie de métal et d’autres matériaux composites. Une quarantaine de petits moteurs sont disposés de façon symétrique dans la voilure, alimentés en énergie par une dizaine de piles à hydrogène. Il faut savoir que ces piles ont chacune pour mission d’alimenter quatre moteurs et que la puissance totale de l’appareil est de 400 kW.

Les tests de l’avion Ampere ont été réalisés en soufflerie entre les mois de septembre 2016 et février 2017. Jean Hermetz, responsable des nouvelles configurations d’avions à l’Onera, indique que les « premiers retours sont probants » et que « le niveau de performance attendu est bien là ».

Le projet Ampere a été débuté en 2015 après des études prospectives en collaboration avec le Commissariat à l’énergie atomique (CEA) et d’autres tests devraient être menés dans un avenir proche. Il leur faudra également trouver un partenaire industriel pour créer un démonstrateur physique puis un avion capable de décoller avec des passagers à son bord.

L’Onera désire mettre au point un simulateur de vol numérique afin de montrer la façon dont se pilote un tel appareil. En effet, l’utilisation d’une propulsion électrique distribuée a un impact sur la manière de conduire l’engin ainsi que sur les composants internes de celui-ci. Par exemple, le souffle des moteurs sur les ailes occasionne de la portance même à vitesse réduite, ce qui permet d’ailleurs à l’avion d’atterrir sur de courtes pistes.

« L’arrivée d’appareils hybrides et tout électriques va obliger à repenser le transport aérien. Les compagnies aériennes pourraient mettre en service des avions régionaux électriques, descendants d’Ampere, sur des liaisons actuellement réalisées par des Airbus A320 ou Boeing 737 », explique Jean Hermetz.

Cependant, un A320 entièrement électrique ne sera pas visible tout de suite puisque l’état des connaissances actuelles concernant la propulsion électrique permet seulement de penser des appareils assurant un service régional. D’après les experts, pour faire décoller un tel avion, il faudrait l’équiper de 40 mégawatts ! Enfin, lorsque l’on sait qu’un kilo de carburant génère 60 fois plus d’énergie qu’une batterie électrique, l’ampleur du défi apparaît alors très clairement.

Sources : Le FigaroIndustrie & Technologies

Le centre français de recherche aérospatiale présente son avion du futur !
noté 5 - 1 vote[s]