in

Découverte de l’épave d’un navire romain qui a sombré il y a 1 800 ans aux Baléares

Crédits : Pixabay / arhnue

Au large de l’île de Cabrera, dans l’archipel des Baléares en Espagne, une équipe d’archéologues a découvert l’épave d’un navire romain qui a sombré il y a 1 800 ans. Selon les scientifiques espagnols, l’épave antique est exceptionnellement bien préservée. 

Une équipe d’archéologues a découvert un ancien navire romain qui a coulé il y a quelque 1 800 ans au large des côtes de l’île de Cabrera, aux Baléares. L’épave se trouve à 70 mètres de profondeur et a été explorée et photographiée en détail par deux plongeurs professionnels au mois d’octobre 2016. Selon les responsables, bon nombre des amphores que transportait le navire sont encore dans leur position d’origine et le site est resté à l’abri des pillards pendant tout ce temps.

Selon les résultats qui ont été présentés à Palma de Majorque le vendredi 27 janvier dernier, l’épave est la mieux préservée de tout l’archipel des Baléares et l’une des rares à être encore intacte dans la Méditerranée occidentale. « À notre connaissance, c’est la première fois qu’une épave est complètement inchangée depuis son naufrage en eaux espagnoles », explique Javier Rodriguez, l’un des archéologues sous-marins qui a participé à l’exploration et à la documentation des restes, au journal El Pais. La difficulté d’accès et le fait que ces eaux fassent partie d’un Parc National expliquent cet excellent état de préservation.

Selon les archéologues, le navire transportait environ 2 000 céramiques, dont principalement de grandes amphores d’un mètre de long qui ont été fabriquées en Afrique du Nord. Ils estiment que le navire devait mesurer une vingtaine de mètres de long et transportait principalement du Garo, une sauce faite avec des tripes et autres déchets de poisson salé et séché au soleil : « dans les temps anciens, le Garo était considéré comme un met fin et est devenu un produit très demandé dans la société romaine », explique Sebastiá Munar, directeur scientifique de l’Institut d’études archéologiques marines des Baléares (IBEAM) pour qui cette découverte est un « joyau archéologique ».

Les chercheurs croient que le navire couvrait la route entre l’Afrique du Nord et l’Espagne, le sud de la France puis Rome. « Les îles Baléares étaient juste à mi-chemin et constituaient un bon refuge pour les navires en chemin », explique Javier Rodriguez. « Peut-être qu’ils ont échoué à rejoindre le port à cause des intempéries et que le navire a coulé », ajoute-t-il.

Découverte de l’épave d’un navire romain qui a sombré il y a 1 800 ans aux Baléares
Notez cette actu