in

Les astronomes observent une gigantesque tempête sur Neptune

Credit: N. Molter/I. De Pater, UC Berkeley & C. Alvarez, W. M. Keck Observatory

Une équipe d’astronomes rapporte la découverte d’une gigantesque tempête sur Neptune et qui plus est au niveau de l’équateur, révélant une fois de plus la complexité atmosphérique de la dernière géante de gaz de notre système.

Certaines de nos tempêtes terriennes sont capables du pire et même de ravager tout un écosystème. Mais aussi dévastatrices soient-elles, celles-ci feraient pâle figure aux côtés de tempêtes qui sévissent ailleurs dans le Système solaire. C’est notamment le cas sur Neptune, à plus de quatre milliards de kilomètres de la Terre. Une équipe d’astronomes rapporte en effet l’identification d’un complexe nuageux sur des observations crépusculaires effectuées avec le télescope Keck, à Hawaï, mesurant près de 9 000 kilomètres de diamètre, soit quasiment le diamètre de notre planète (environ 30 % de la surface de Neptune). Point important, le bord externe de la tempête se situe proche de l’équateur, une zone habituellement calme (ces phénomènes atmosphériques sont généralement observés près des pôles).

« Historiquement, des nuages ​​très brillants ont parfois été observés sur Neptune, mais généralement à des latitudes proches des pôles, d’environ 15 à 60 degrés au nord ou au sud », explique Mike de Pater, professeur d’astronomie à l’Université de Berkeley. « Mais jamais un nuage de cette taille n’a été identifié à proximité de l’équateur et celui-ci est particulièrement brillant ». Ce dernier suppose la présence d’un vortex dans l’atmosphère basse ou l’existence d’un phénomène saisonnier se renouvelant toutes les quelques décennies.

Le complexe orageux mesure environ 9 000 km de diamètre, soit environ les 3/4 de la taille de la Terre ou 1/3 du rayon de Neptune. La tempête s’est par ailleurs considérablement intensifiée entre le 26 juin et le 2 juillet dernier. Crédits : N. Molter / I. De Pater, UC Berkeley et C. Alvarez, Observatoire WM Keck

Notons que Neptune est la planète la plus venteuse de notre Système solaire avec des vents pouvant souffler à près de 1000 km/h au niveau de l’équateur et comme sur toutes les planètes, les vents dans l’atmosphère de Neptune varient considérablement avec la latitude. D’où la complexité atmosphérique. Son étude est pourtant primordiale pour les astrophysiciens qui étudient les exoplanètes, dont beaucoup ressemblent à Neptune.

Source