, ,

Vie extraterrestre : pourquoi est-il essentiel de continuer à chercher ?

Crédits : iStock

La recherche de la vie « ailleurs dans l’univers » est l’un des aspects les plus fascinants de la science moderne, c’est pourquoi des sommes très importantes sont consacrées à l’astrobiologie, cette nouvelle née de la science qui a déjà bien grandi et qui jouera un rôle déterminant pour l’avenir de notre planète.

Rovers en tous genres, analyses des transits planétaires ou des exosphères ici même dans notre propre système… tous ces moyens financiers, technologiques et pratiques sous la tutelle de quelques-uns des cerveaux les brillants de la planète ont pour objectif affiché de mettre la main sur le Saint-Graal : dénicher une vie extraterrestre, une découverte qui aurait probablement d’importantes implications scientifiques et philosophiques.

Nous n’en avons à ce jour pas la moindre trace. Après tout, existe-t-elle vraiment cette vie « ailleurs » ? Quelques notions de probabilité suffiraient à penser que la vie pullule, mais aura-t-on les moyens permettant sa découverte de notre vivant ? Peu importe les questions posées, il faut continuer à chercher pour le bien commun. Chercher la vie ailleurs n’est pas un caprice de scientifiques qui s’amusent à dépenser des sommes faramineuses par simple curiosité. La discipline confère en effet à la société des avantages insoupçonnés.

Tout d’abord, l’astrobiologie est intrinsèquement multidisciplinaire. Chercher une vie extraterrestre exige au moins une compréhension de l’astronomie, de la biologie, de la géologie et de la science planétaire. En obligeant plusieurs disciplines scientifiques à interagir, l’astrobiologie stimule une réunification partielle des sciences, s’éloignant ainsi de l’extrême spécialisation opérée au cours du XXIe siècle pour finalement revenir aux fondamentaux, sur les perspectives interdisciplinaires qui prévalaient auparavant. La vision des chercheurs est élargie, familière avec de multiples aspects du monde naturel. En ce sens, l’astrobiologie enrichit donc l’ensemble de « l’entreprise scientifique ».

C’est à partir de cette fertilisation croisée des idées que des découvertes futures peuvent être attendues. Celles-ci n’incluent pas forcément la découverte de la vie extraterrestre. L’astrobiologie est une entreprise incroyablement ouverte. La recherche de la vie dans l’univers nous emmène de monde en monde, d’environnements extrêmes sur Terre aux plaines glacées d’Encelade, des dunes de Mars au cœur de Pluton, enrichissant toujours plus nos esprits. Comprendre le monde qui nous entoure est le propre de l’Homme et sans cette soif infinie de connaissances, nous ne serions tout simplement pas là. La pluralité des mondes est une source sans fin de stimulation scientifique et intellectuelle. Ainsi cette recherche se poursuivra indépendamment du fait qu’une vie extraterrestre soit finalement découverte ou non.

Au-delà des avantages intellectuels de l’astrobiologie, il existe une gamme d’avantages sociétaux plus larges. L’astrobiologie favorise en effet l’émergence d’une conscience universelle qui vient directement s’opposer aux visions du monde étriquées. Il n’est tout simplement pas possible de considérer la recherche de la vie sur Mars ou sur un monde en orbite autour d’une autre étoile sans s’éloigner des perspectives étroites centrées sur notre planète qui dominent la vie sociale et politique de beaucoup de monde. La Terre est aujourd’hui confrontée à des défis environnementaux qui ne peuvent être satisfaits que par une coopération internationale soutenue. L’astrobiologie permet une vision plus globale de notre monde, celui-ci faisant partie d’un tout qui nous dépasse. Cette conscience universelle nous rend plus humbles et plus unis. Or, les idéologies nationalistes et religieuses agissent aujourd’hui pour fragmenter l’humanité.

Nous sommes en quelque sorte en plein milieu d’une course opposant l’unification à la fragmentation. L’une est soutenue entre autres par l’astrobiologie quand l’autre ne survit que par l’ignorance au sens littéral du terme et de facto, par un esprit étriqué. À ce moment charnière de notre civilisation, la croissance d’une perspective cosmique unificatrice est potentiellement d’une importance énorme. Vulgariser la science ne suffit pas à maintenir l’attention du public, ce n’est qu’en envoyant des vaisseaux spatiaux pour explorer le système solaire, en grande partie à des fins astrobiologiques, que nous pourrons visualiser notre monde vu « d’en haut », inséré dans un cadre cosmique bien plus large.

En outre, l’astrobiologie offre une perspective évolutive importante sur notre histoire profonde. Elle commence avec le Big Bang et se déplace successivement à travers l’origine des éléments chimiques, l’évolution des étoiles, des galaxies et des systèmes planétaires, l’origine de la vie et l’histoire évolutive des premières cellules aux animaux complexes que nous-mêmes. Situer l’Homme dans cette frise chronologique permet de rester à sa place et de ce fait, d’accepter un futur centré non plus sur nous-mêmes, mais sur le « global ». Braquer nos yeux sur les autres pour tenter de nous sauver nous-mêmes, c’est un peu l’idée. Une fois la perspective cosmique acceptée, la course est quasi gagnée d’avance.

Source