in ,

Et si nous utilisions nos cheveux pour nettoyer les déversements d’hydrocarbures ?

Crédits : iStock

Les cheveux humains pourraient être utilisés pour nettoyer les catastrophes environnementales telles que les déversements d’hydrocarbures, selon de nouvelles recherches effectuées en Australie.

Les cheveux, vraiment ? Naturels, bon marché, ils pourraient en effet remplacer des produits synthétiques ou coûteux actuellement utilisés, en particulier ceux fabriqués en polypropylène et d’autres types de polymères plastiques. Rebecca Pagnucco, de l’Université de Sydney et principale auteure de cette étude, note en effet que les différents types de dispersants utilisés à ce jour font réellement « plus de mal que de bien » en essayant de nettoyer les sites pétroliers. C’est un constat jugé primordial à l’heure où le monde se sent plus concerné que jamais par la pollution marine.

Beaucoup de nos cheveux sont jetés à la poubelle ou finissent emportés par le vent. Si les coupures longues sont parfois réutilisées, les coupures courtes en revanche sont essentiellement gâchées. Elles pourraient en revanche être utiles de par leurs propriétés. « Les cheveux sont un biosorbant naturel », explique Rebecca Pagnucco. « Il a été démontré que les cheveux pouvaient absorber trois à neuf fois leur poids dans l’huile. De par leurs propriétés, les cheveux humains pourraient facilement absorber le pétrole brut parfois déversé dans les océans ».

L’avenir se tournerait-il donc vers nos cheveux ? Il y a aujourd’hui une pression mondiale qui lutte pour une utilisation des fibres naturelles pour le nettoyage d’hydrocarbures. Seulement les options ne sont pas nombreuses. Comme le note la chercheuse, « le coton et la laine peuvent très bien fonctionner, car ils sont absorbants évidemment, mais ils sont également très appréciés pour fabriquer des textiles et autres vêtements. Pour les cheveux c’est différent. Une fois qu’ils sont coupés, ils sont jetés. Et c’est du gaspillage ».

Elle pense également que les cheveux pourraient être réutilisés à plusieurs reprises, « sans pour autant diminuer de manière significative leur capacité à absorber de l’huile ». Après tout, lorsque vous lavez vos cheveux, vous êtes bien placés pour vous affirmer qu’effectivement, ils deviennent très vite assez gras et leur pouvoir d’absorption ne diminue pas à chaque shampoing. « Il est vraiment important que nous commencions à trouver des moyens plus durables de faire face à nos déchets », a-t-elle déclaré. « Si nous ne faisons rien, nos déchets continueront de s’accumuler et cela aura un impact sur l’ensemble de l’environnement ».

Source