Si les noms de domaine redéfinissaient la taille des pays, le monde ressemblerait à ça !

Une nouvelle carte montre le monde différemment en déformant la superficie des états en fonction des noms de domaine hébergés. Mais quel est le pays représenté par l’énorme territoire...
Capture d’écran 2016-03-20 à 14.51.31

Une nouvelle carte montre le monde différemment en déformant la superficie des états en fonction des noms de domaine hébergés. Mais quel est le pays représenté par l’énorme territoire flanqué du nom de « .tk » ?

Tout le monde connait la carte du monde, matérialisant des données en fonction des phénomènes à représenter, comme les états (carte politique), le relief, le climat, les volcans, ou encore les différents phénomènes géopolitiques ou historiques, et peut même faire l’objet de thèmes (cartes thématiques), par exemple cette carte du monde vu par l’ancien président américain Ronald Reagan. La carte peut parfois apparaitre déformée, en anamorphose par exemple, afin d’accentuer la visibilité d’un phénomène précis, par exemple la population mondiale en 1950.

La carte ci-dessous a été élaborée par Nominet, le registre officiel britannique des noms de domaines (.uk). Cette carte déforme la superficie des états du monde en fonction du nombre de sites qu’ils hébergent.

Map-Of-The-Online-World-Scaled-1280x691-1280x691

Les continents sont donc représentés, l’Europe figurant en grande taille, surtout l’Europe Occidentale, Allemagne et Royaume-Uni en tête. Les États-Unis et le continent américain en général ne sont pas aussi grands tel que l’on aurait pu le penser ; le Brésil est d’ailleurs bien plus étendu que les États-Unis. Sur le continent asiatique, le Moyen-Orient est plutôt réduit, alors que la Chine est bien plus grande que la Russie. La Corée du Sud, le Japon et Taïwan ont une taille non négligeable. L’Afrique est quant à elle ridiculement petite, témoignant de la fracture numérique qui frappe ce continent, surtout à l’ouest.

Ce qui frappe le plus sur cette carte, c’est l’apparition d’un « nouveau continent », nommé ici « . tk », mais d’où vient cette terre ? En réalité, il s’agit de l’archipel Tokelau, un territoire sous souveraineté néo-zélandaise, représentée par trois atolls d’une superficie totale de 10,2 km², soit près de dix fois moins que la superficie de la ville de Paris (105,4 km²). Dans cet archipel, la population se chiffrait à 1337 habitants en 2014.

Et pourtant, 31 millions de noms de domaine sont enregistrés sur ce territoire, en. tk donc, alors qu’aucun état n’en possède autant. Ceci s’explique par le fait que depuis l’an 2000, Freedom Registry a été créé par la société FreeNom dirigée par le néerlandais Joost Zuurbier, permettant à n’importe quel citoyen du monde de posséder un nom de domaine en. tk gratuitement.

Une page Web en. tk, qui arriverait à expiration, laisserait alors place à une publicité, dont une partie des revenus est reversée aux habitants de l’archipel Tokelau, représentant tout de même 1/6e de son PIB. Ceci explique alors la petite taille du territoire des États-Unis sur la carte.

Sources : The GuardianSiècle Digital

Crédit images : Nominet


Vous aimerez aussi