Next Tokyo 2045 : l’hallucinant projet du Tokyo de demain !

Un projet d’aménagement de grande envergure est actuellement à l’étude concernant la baie de Tokyo, un espace « libre » de plus d’un millier de kilomètres carrés. Voici les dessous du...
KOHN PEDERSEN FOX
KOHN PEDERSEN FOX

Un projet d’aménagement de grande envergure est actuellement à l’étude concernant la baie de Tokyo, un espace « libre » de plus d’un millier de kilomètres carrés. Voici les dessous du projet Next Tokyo 2045.

Tokyo est la ville moderne par excellence, constamment tournée vers l’avenir, que ce soit au niveau de l’aménagement, de l’urbanisme, de l’architecture. La capitale nippone est un laboratoire à ciel ouvert permettant de penser la vie citadine de demain. Ces dernières années, bon nombre de projets touchant à ces disciplines ont été menés à terme, par exemple l’inauguration de la Tokyo Skytree en 2012, la mise en place de fermes verticales citadines, et les différents aménagements (dont les stades) en vue de l’organisation des Jeux Olympiques d’été en 2020.

Tokyo est la mégalopole dont l’aire urbaine (Grand Tokyo) est la plus peuplée au monde avec environ 43 millions d’habitants. Pratiquement détruite en 1945, la ville s’est rapidement relevée et est devenue la ville tentaculaire et à la pointe de la technologie, telle que nous la connaissons aujourd’hui.

Le projet Next Tokyo 2045 vise la baie de Tokyo, un espace « à conquérir » de 1320 km². En 1960, l’architecte et urbaniste japonais de renom Kenzō Tange avait déjà imaginé une façon d’aménager cet espace en vue de l’organisation des Jeux Olympiques 1964.

KOHN PEDERSEN FOX

KOHN PEDERSEN FOX

Aujourd’hui, il n’y a toujours rien dans la baie de Tokyo, à part de l’eau, et l’agence Kohn Pedersen Fox Associates, basée à New York et menée par l’architecte David Malott, a élaboré le projet Next Tokyo 2045. Le but ? relier les deux rives de la baie les moins distantes (14km) par une cité flottante, reprenant quelques éléments de l’idée de Kenzō Tange.

圖片 3

Comparaison des deux projets de la baie de Tokyo (1960 et 2045)

L’image ci-dessous montre la disposition des différents îlots de la cité dont le centre névralgique sera la Sky Mile Tower, une immense tour résidentielle de 1609 m de hauteur ayant la capacité de loger près de 55.000 personnes, rien que ça !

KPF_MASTERPLAN_DIAGRAM

Bien sûr, l’agriculture urbaine y occupera une place de choix, dans une volonté d’éco-responsabilité. Sur le plan ci-dessous, les parcelles agricoles apparaissent en vert. De plus, l’eau salée de la baie devrait être retenue par endroits dans le but de cultiver des algues comme source de carburant propre.

KPF_LAND_USE_DIAGRAM

Ci-dessous un plan du réseau de transports en commun où apparaissent des lignes de monorail, d’Hyperloop, ainsi que de WaterBus, de petits bateaux embarquant des passagers.

KPF_TRANSIT_SYSTEM

Un autre plan affiche en rouge vif les zones qui seront construites entre 2016 et 2045, on voit donc que certains édifices se trouveront près d’autres endroits des différentes rives, et pas uniquement autour de la Sky Mile Tower.

KPF_LAND_RECLAMATION_DIAGRAM

A Tokyo, la pression démographique combinée au manque d’espace constructible alimente la pertinence du projet Next Tokyo 2045. Même si cette date est plutôt éloignée (une trentaine d’années), on se prend à rêver de se trouver au sommet Sky Mile Tower et de faire face au mythique Mont Fuji (3776m).

Le projet a d’ailleurs fait l’objet d’un rapport du Council on Tall Buildings and Urban Habitat (CTBUH), une organisation non gouvernementale internationale dans le domaine des immeubles en hauteur et du design urbain durable basée à Chicago (États-Unis).

LERA_Structural_Axo_Diagram

Structure de la Sky Mile Tower (1609m)

KOHN PEDERSEN FOX

KOHN PEDERSEN FOX

KOHN PEDERSEN FOX

KOHN PEDERSEN FOX

Sources : DozodomoCityMetric

Crédit images : ArchDaily


Vous aimerez aussi