in

Le volume des lacs glaciaires a augmenté de 50% en 30 ans

Crédits: Planetary Science Institute / Jeffrey S. Kargel

Une étude appuyée sur 30 ans de données satellitaires nous révèle que le volume des lacs formés lors de la fonte des glaciers, en raison du changement climatique, a augmenté d’environ 50 % depuis 1990.

Un glacier en recul peut laisser derrière lui des blocs de glace, coincés dans des cavités. Au bout d’un certain temps, et si les conditions l’exigent, cette glace finit par fondre pour former des lacs. Dans le contexte de réchauffement climatique actuel, de nombreuses études se sont penchées sur les volumes de glace perdus, mais aucune d’entre elles n’a cherché à estimer la quantité d’eau de fonte stockée dans les lacs. C’est désormais chose faite.

+50% en 30 ans

Dans le cadre de ces travaux, Dan Shugar et son équipe de l’Université de Calgary (Canada) ont analysé plus de 250 000 scènes des missions satellitaires Landsat, un programme conjoint de la NASA et de l’US Geological Survey. Ces données, recueillies entre 1990 et 2020, ont permis d’analyser comment toutes les régions glaciaires du monde (à l’exception de l’Antarctique) avaient évolué au cours de cette période.

Les résultats, publiés dans la revue Nature Climate Change, ont confirmé que tous les glaciers étaient en recul. Les chercheurs ont également constaté que le volume des lacs glaciaires avait augmenté d’environ 50 % depuis 1990. Ils estiment que ces structures totalisent aujourd’hui plus de 155 kilomètres cubes d’eau, soit l’équivalent d’environ un tiers du volume du lac Érié.

lacs
Les lacs de Rila en Bulgarie sont des exemples types de lacs d’origine glaciaire. Crédits : Ivelin Minkov/wikipédia

Une menace pour les communautés locales

L’eau de fonte des glaciers stockée dans ces lacs contribue relativement peu à l’élévation globale du niveau de la mer. En revanche, elle représente une sérieuse menace pour les communautés situées en aval.

En effet, les lacs glaciaires ne sont pas aussi stables que les structures plus classiques, auxquelles nous sommes habitués. Et pour cause, ils sont endigués par de la glace ou des sédiments composés de roches meubles et de débris. Il arrive alors parfois que ces “barrières naturelles” éclatent, provoquant des inondations massives.

« C’est un problème pour de nombreuses régions du monde où les gens vivent en aval de ces lacs dangereux, principalement dans les Andes et dans des endroits comme le Bhoutan et le Népal, où ces inondations peuvent être dévastatrices », souligne Dan Shugar.

En janvier, les Nations Unies ont estimé que plus de 3 000 lacs glaciaires s’étaient récemment formés dans la région de l’Hindu Kush-Himalaya, dont 33 constituent une menace imminente qui pourrait toucher jusqu’à sept millions de personnes.