in

Une équipe annonce la découverte de 143 nouveaux géoglyphes dans le désert de Nazca

Crédits : Manfred Rosenberg/Twitter

Plusieurs dizaines de nouveaux géoglyphes ont récemment été identifiés dans le désert de Nazca, au Pérou.

Une équipe de chercheurs de l’Université de Yamagata et d’IBM Japon annonce la découverte de 143 nouveaux géoglyphes près de Nazca, au Pérou, à environ 400 km au sud de Lima. Certains ont été découverts sur le terrain lors d’une enquête menée entre 2016 et 2018, quand d’autres ont été repérés après coup, après l’analyse de clichés en très haute résolution capturés depuis le ciel.

Des géoglyphes aux représentations variées

Ces géoglyphes paraissent très variés, certains représentants des poissons, des serpents, des camélidés ou même des petits personnages humanoïdes. Le plus grand d’entre eux mesure environ 100 mètres de long et le plus petit ne dépasse pas les cinq mètres. Selon les chercheurs, tous ont été “dessinés” en retirant simplement des roches, permettant ainsi d’imprimer l’image dans le sable blanc.

Après analyse, il est également ressorti que ces géoglyphes pouvaient être répartis en deux groupes. Les plus de 50 mètres de long, d’une part, dont les lignes semblent avoir été tracées il y a entre 1600 et 1900 ans. Les plus petits, de leur côté, sont plus anciens, avec des surfaces vieilles d’un peu plus de 2 000 ans.

nazca
Image non traitée (oiseau). Crédits : Université de Yamagata
nazca
Image traitée (oiseau). Crédits : Université de Yamagata
Image traitée (serpent). Crédits : Université de Yamagata
nazca
Image non traitée (serpent). Crédits : Université de Yamagata
nazca
Image non traitée (poisson). Crédits : Université de Yamagata
nazca
Image non traitée (poisson). Crédits : Université de Yamagata

Plusieurs théories

Difficile de connaître la signification de ces structures pour le moment, mais il semblerait que les plus petites aient été tracées près des sentiers ou sur des pentes. Pour les chercheurs, il est alors possible que ces géoglyphes aient servi de points de repère pour orienter les voyageurs. Néanmoins, leur signification reste encore très largement incomprise.

On peut effectivement se demander pourquoi les Nazcas se sont donné tant de mal pour dessiner des figures visibles uniquement depuis le ciel. En effet, jusqu’à preuve du contraire, personne n’était capable de voler à cette époque. Néanmoins, plusieurs théories ont été émises. La plus ancienne est signée Paul Kosok, le premier chercheur à avoir réellement étudié ces dessins.

Ce dernier avait notamment remarqué que, durant le solstice d’été, les rayons du soleil couchant étaient parallèles à certaines lignes. Il avait alors suggéré l’idée que le site de Nazca n’était autre qu’un grand livre d’astronomie à ciel ouvert. Une hypothèse d’ailleurs partagée par la mathématicienne Maria Reiche, pour qui ces géoglyphes servaient de repère aux Nazcas pour organiser leurs activités agricoles et religieuses.

D’autres hypothèses ont également suggéré que les lignes de Nazca auraient pu servir pour des rites consacrés aux divinités ou aux défunts.

Source

Articles liés :

Pérou : 25 nouveaux géoglyphes géants découverts près de Nazca

Un camion saccage une partie des géoglyphes de Nazca

Royaume-Uni : la sécheresse fait émerger des vestiges archéologiques encore inconnus