in

C’est l’une des plus anciennes colonies de coraux de la Grande Barrière

grande barrière de corail
Crédits : Richard Woodgett/Grumpy Turtle

Une équipe australienne annonce avoir identifié l’une des plus grandes et des plus anciennes colonies de coraux de la Grande Barrière australienne. La structure aurait pris racine il y a plus de 400 ans. Les détails de l’étude sont publiés dans Nature Scientific Reports.

Dans le cadre d’une recherche en science citoyenne menée en mars 2021 sur les récifs des îles Palm, dans le Queensland (Australie), une équipe a identifié une colonie massive appartenant au genre Porites. La structure mesure 10,4 m de large et 5,3 m de haut, ce qui en fait la plus large et la sixième plus haute de la Grande Barrière australienne. D’après les analyses, la colonie serait âgée de 421 à 438 ans, ce qui en fait l’une des plus anciennes de la région.

« Elle a survécu à des siècles d’exposition à des espèces envahissantes, à des événements de blanchissement des coraux et à des marées basses, ainsi qu’à environ quatre-vingts cyclones majeurs« , soulignent les chercheurs. D’après eux, la colonie est toujours en très bonne santé avec environ 70% de coraux vivants. Le reste est recouvert d’éponges et d’algues non symbiotiques.

La colonie est reliée par un squelette composé de carbonate de calcium tiré de l’eau de mer environnante qui se développe lentement avec le temps. Contrairement aux coraux mous, plus flexibles et nécessitant une base moins solide, celle-ci a développé une forme hémisphérique, « privilégiant probablement la largeur à la hauteur pour la stabilité« , souligne Nathan Cook, scientifique marin chez Reef Ecologic, une ONG australienne spécialisée dans les coraux.

coraux grande barrière
Des chercheurs de l’ONG Reef Ecologic posent au-dessus de la colonie. Crédits : Richard Woodgett/Grumpy Turtle

Un véritable « livre d’histoire »

Ces anciennes colonies offrent aux chercheurs une occasion rare d’en apprendre davantage sur l’évolution des récifs coralliens. Tout comme il est possible de prélever des carottes glaciaires en Antarctique pour voir comment les conditions atmosphériques ont changé au fil du temps, il est en effet possible de prélever des échantillons de squelette corallien pour voir comment les conditions océaniques sur la Grande Barrière de Corail ont évolué.

En ayant une meilleure appréhension de cette évolution passée, les chercheurs pourraient alors mieux appréhender les changements futurs. « Les coraux sont sensibles aux changements environnementaux, en particulier à la hausse de la température de la mer« , poursuit  Nathan Cook. « Il y a eu une baisse de 50% de la couverture corallienne sur la Grande Barrière de Corail au cours des trente dernières années« .

Les chercheurs espèrent que même si une majorité de la couverture corallienne est perdue, des colonies résistantes comme celle-ci pourraient continuer à survivre malgré tout.