in

Angleterre : des dizaines de squelettes décapités découverts sur un site romain

Crédits : HS2

Dans le cadre d’une fouille menée sur un site roman du Buckinghamshire, en Angleterre, des archéologues sont tombés sur une quarantaine de squelettes décapités. La plupart de ces individus ont été enterrés dans des tombes avec leurs têtes coupées placées entre leurs jambes ou à leurs pieds. Pour les chercheurs, il s’agit probablement de criminels exécutés.

Des archéologues ont récemment pu fouiller les ruines d’une ancienne ville romaine retrouvée à Fleet Marston, près d’Aylesbury (Angleterre) en amont de la construction d’un futur chemin de fer à grande vitesse appelé HS2. Ces fouilles ont permis de mieux appréhender la Grande-Bretagne romaine d’il y a deux mille ans.

Plusieurs découvertes fascinantes

Parmi les découvertes majeures, les chercheurs ont identifié une série d’enceintes contenant des preuves de structures domestiques, ainsi que d’autres dédiées aux activités commerciales et industrielles. Toutes se sont développées de chaque côté d’une ancienne voie romaine majeure reliant jadis la capitale romaine de Verulamium (St Albans moderne) à Corinium Dobunnorum (aujourd’hui Cirencester) et passant par Roman Alchester (près de Bicester).

L’équipe a également découvert plus de 1 200 pièces de monnaie, ainsi que de la poterie, des couverts, des dés de jeu, des cloches et plusieurs poids en plomb. Ces trouvailles laissent à penser que la zone était un domaine d’échanges et de commerce.

Certaines parties de la route élargie pourraient également avoir été utilisées pour garer les charrettes et les étals d’un marché. D’après un communiqué, en plus d’abriter de nombreux habitants, la ville a probablement été une étape importante pour les voyageurs et autres soldats en route vers et depuis la garnison d’Alchester.

squelettes décapités
Un dé de jeu trouvé sur le site. Crédits : HS2

Enfin, les chercheurs sont tombés sur un cimetière romain tardif contenant environ 425 sépultures, le plus grand du genre connu dans le Buckinghamshire. Parmi la population enterrée, un certain nombre d’individus ont également été décapités (environ 10% des sépultures), avec la tête placée entre les jambes.

Les sépultures décapitées ne sont pas inconnues dans la culture romaine, en particulier en Grande-Bretagne romaine, mais elles restent rares. En outre, le nombre de personnes concernées ici est inhabituellement élevé. Mais pourquoi leur a-t-on coupé la tête ?

Probablement des criminels

Il existe plusieurs théories. « Au cours des trente dernières années, la plupart [des archéologues] ont eu tendance à considérer la décapitation comme une sorte de pratique rituelle« , souligne Rob Wiseman, de l’Université de Cambridge. « Bien que le but [de ce rituel] reste incertain. »

Cependant, Wiseman pense que ces types de décapitations sont plus probablement le résultat d’exécutions. « La décapitation était l’une des quatre principales méthodes d’exécution sanctionnées par le droit romain » et aurait été « un choix populaire parmi les législateurs de toute la Grande-Bretagne romaine« , poursuit le spécialiste. Cette hypothèse est également appuyée par le fait que certaines de ces personnes semblent avoir été frappées par derrière avec une lame très tranchante alors qu’elles étaient à genoux.

L’un des détails les plus surprenants est que ces tombes ne sont pas différentes de celles des autres. « Ces individus sont enterrés avec les types habituels de mobilier funéraire, parfois même dans des cercueils, et mélangés avec d’autres corps dans des cimetières« , note le chercheur. « Il n’y a aucun signe d’ostracisme social ou de traitement honteux. »

Pour expliquer le placement des têtes coupées dans ces sépultures, Wiseman suggère que les proches des victimes auraient probablement voulu enterrer la tête à côté du reste du corps pour s’assurer que l’âme descende aux enfers et ne s’attarde pas près du cadavre pour hanter les vivants. En revanche, ils auraient également pu craindre que le cadavre puisse se rassembler et sortir de la tombe, ce qui expliquerait pourquoi la tête était placée loin du cou.