in

Un cheval sans tête et son cavalier enterrés il y a 1 400 ans découverts en Allemagne

Crédits : Office d'État pour la préservation des monuments du Conseil régional de Stuttgart/ F. Damminge

Les restes d’un homme enterré il y a 1 400 ans près d’un cheval sans tête ont été découverts dans un ancien cimetière de la ville de Knittlingen, dans le sud de l’Allemagne. Les archéologues suggèrent que l’acte de sacrifier un cheval pour l’enterrer avec son maître était un symbole de grande richesse et de pouvoir.

Un cheval sans tête couché sur le côté gauche à côté du corps d’un guerrier (probablement son propriétaire) entouré d’armes et de bijoux très rares. Cette découverte a été faite il y a quelques semaines dans un ancien cimetière de la ville de Knittlingen, dans le sud de l’Allemagne. L’Office d’État pour la préservation des monuments (LAD) du conseil régional de Stuttgart y mène en effet des fouilles depuis août 2021.

D’après les analyses, l’homme et son cheval ont été enterrés à une époque où la dynastie mérovingienne (476-750 apr. J.-C.) prospérait dans la région, régnant sur un immense territoire dans ce qui est aujourd’hui la France et l’Europe centrale.

L’une des questions qui taraudent évidemment les archéologues est celle du cheval décapité. Pourquoi lui avoir coupé la tête ?

Un guerrier au service des rois

Certains ont tenté d’établir un lien avec l’inhumation des chevaux dans le village médiéval de Wulfsen, dans le district allemand de Harburg. En 1974, 35 sépultures humaines et trois squelettes de chevaux datant de la même époque avaient été mis au jour. Les trois équidés étaient couchés sur le côté gauche, face au sud-nord, tandis que leur tête avait été placée à leur droite. Ici, en revanche, la tête du cheval n’a toujours pas été retrouvée.

Pourquoi les Mérovingiens du début du Moyen Âge auraient-ils enterré leurs guerriers morts avec des chevaux ? Les archéologues s’accordent à dire que l’acte de sacrifier un cheval pour l’enterrer avec son maître était un symbole de grande richesse et de pouvoir.

Au cours de sa vie, l’homme a probablement servi les rois de la dynastie. « Il faisait partie d’une chaîne de commandement au-dessus de laquelle planaient les rois mérovingiens, ce qui signifiait qu’il était obligé de participer aux campagnes du roi« , souligne à LiveScience Folke Damminger, l’archéologue en charge des recherches sur le site. « En tant que membre de l’élite locale, il était très probablement le chef d’un ménage agricole composé de sa famille et de ses serviteurs« .

cheval
Une partie de l’ancien cimetière en cours de fouille est montrée sur cette image aérienne. Crédits : Office d’État pour la préservation des monuments du Conseil régional de Stuttgart/ Image : ArchaeoBW

Un énorme cimetière mérovingien

Le squelette parfaitement conservé de ce cheval décapité à côté du corps de ce guerrier ne caractérise que l’une des 110 tombes fouillées sur le site. Les autres sépultures abritaient les restes d’autres personnes qui évoluaient à peu près à la même époque. Certaines d’entre elles ont été retrouvées avec de riches objets funéraires, comme une femme enterrée avec une broche en or, tandis que certains des hommes reposaient avec des armes telles que des épées, des lances, des boucliers et des pointes de flèches.

Les chercheurs continueront d’enquêter sur le site. De futurs travaux anthropologiques sur les os et les dents de ce cavalier seront effectués pour en savoir plus sur son âge et son état de santé au moment de sa mort, mais également sur les raisons de son décès.