in

À Séville, on utilise les excès d’oranges pour produire de l’électricité

Crédits : Emasesa

Dans le sud de l’Espagne, Séville est la ville qui abrite plus grand nombre d’orangers. Il y en a d’ailleurs tellement que des tonnes d’oranges finissent à la poubelle chaque année. Dans le cadre d’un programme pilote, la ville va s’appuyer sur ces déchets pour produire de l’électricité.

Originaires d’Asie, les oranges ont été introduites en Espagne il y a environ mille ans. Dans les années 70, les Sévillans ont commencé à en planter plusieurs milliers dans les rues. La capitale andalouse est aujourd’hui la ville qui en compte le plus au monde avec environ 40 000 spécimens produisant plus de 15 000 tonnes de ces fruits par an. Ces oranges étant très amères, une grande partie de la production est exportée vers d’autres pays européens, principalement vers le Royaume-Uni où les fruits sont transformés en marmelade.

Toutefois, la ville produit plus d’oranges que les Sévillans n’en consomment ou n’exportent. Et cet excès de fruits est devenu un problème pour la mairie. Une fois tombées, les oranges sont en effet écrasées sous les roues des voitures. Le jus qui en ressort attire alors les mouches. Environ deux-cents personnes sont actuellement employées simplement pour les ramasser pour les jeter “proprement”.

Des oranges fermentées pour produire de l’électricité

Depuis plusieurs années, la capitale andalouse réfléchit donc à un moyen de ne plus gâcher ces excès d’oranges. La ville a ainsi lancé un programme pilote avec Emasesa, la société municipale des eaux, à travers lequel trente-cinq tonnes de ces fruits seront utilisées pour alimenter une station d’épuration d’eau.

Le principe est simple. Les oranges sont placées dans une installation qui produit déjà de l’électricité à partir de matière organique. Une fois que les fruits fermentent, le méthane produit est ensuite utilisé pour entraîner le générateur et produire de l’électricité.

C’est une expérience innovante de l’économie circulaire à travers laquelle nous tirons parti de la matière organique. Nous voulons recycler toutes les oranges jetées de la ville“, a déclaré Enrique Vaquerizo, responsable du service des eaux à Emasesa, dans un communiqué. “Grâce à ce projet pilote, nous transformons une usine qui consommait auparavant beaucoup d’énergie pour commencer à la produire“.

oranges séville
Pour chaque tonne d’oranges, on obtient environ 500 litres de jus et 500 kilos d’écorces. Crédits : Emasesa

Avec la quantité de fruits disponible dans l’usine de traitement, la ville prévoit de produire environ 1 500 kWh, assez pour fournir de l’électricité à 150 ménages. Si ces tests sont positifs, il sera ensuite prévu que l’usine traite environ 1 700 tonnes d’oranges chaque année, soit assez pour alimenter 73 000 foyers en électricité.