in

Le gouvernement de Porto Rico soutient la reconstruction d’Arecibo

Crédits : NSF

La gouverneure de Porto Rico soutient la reconstruction du radiotélescope d’Arecibo, récemment effondré. À cette fin, elle propose une petite enveloppe. Néanmoins, une décision finale sur l’opportunité et la manière de reconstruire ce télescope géant pourrait prendre des années et coûter bien plus cher.

Le célèbre radiotélescope Arecibo, dont les images de la destruction ont fait le tour du monde au début du mois de décembre, pourrait-il être reconstruit ? C’est en tout cas le souhait de la gouverneure de Porto Rico, Wanda Vázquez Garced. Celle-ci a en effet signé une ordonnance le 28 décembre, juste avant la fin de son mandat (clôturé le 1er janvier), visant à servir cet objectif. La nouvelle structure aurait une ouverture effective plus grande et un champ de vision plus large que la précédente, qui était déjà vieillissante.

À cette fin, l’ordonnance stipule que le gouvernement portoricain pourrait allouer huit millions de dollars. Cette enveloppe permettrait de nettoyer le site et de démarrer les éventuels travaux de reconstruction. Dans un communiqué séparé, Vázquez Garced, souligne que ce financement provient d’excédents budgétaires des années précédentes.

L’effort financier consenti par l’île de Porto-Rico serait en outre appuyé par d’autres aides. Wanda Vázquez Garced évoque notamment le concours des États-Unis et du secteur privé, mais ne cite aucune organisation en particulier.

arecibo
Crédits : UCF

Pas dans les papiers de la NSF

Ces huit millions de dollars ne représenteraient cependant qu’un maigre acompte sur le coût de la reconstruction d’un tel télescope. Des estimations informelles partagées peu après la destruction du site prévoyaient en effet qu’il en coûterait plusieurs centaines de millions de dollars.

Les responsables de la National Science Foundation (NSF), qui pilotait le radiotélescope d’Arecibo, ont de leur côté déclaré qu’ils se concentraient sur l’évaluation des dégâts et les efforts de nettoyage. En revanche, pour ce qui est de la construction d’une nouvelle structure, c’est une autre histoire.

La NSF a un processus très bien défini pour le financement et la construction d’infrastructures à grande échelle, y compris des télescopes“, a déclaré Ralph Gaume, directeur de la Division des sciences astronomiques de l’agence. “C’est un processus pluriannuel qui implique des crédits du Congrès et l’évaluation des besoins de la communauté scientifique. Il est donc très tôt pour nous de commenter le remplacement“, a-t-il ajouté.

Le Congrès, qui devrait allouer un financement fédéral à la reconstruction d’Arecibo, n’a également pas alloué d’argent à cette fin au cours du projet de loi de dépenses de l’exercice 2021 adopté en décembre. Cependant, le rapport accompagnant le projet de loi a demandé à la NSF d’évaluer la nécessité mettre en place (ou non) une technologie comparable sur le même site et, si tel est le cas, de proposer une estimation des coûts associés.