in

Qui est cet agriculteur hollandais qui produit du lait bio et fait pousser des tulipes dans le Limousin ?

agriculteur hollandais tulipes
Crédits : capture YouTube / France 3 Régions

Un agriculteur hollandais a traversé de nombreuses épreuves avant d’arriver au sommet de son art. Arrivé au début des années 2000 dans le Limousin, il s’est adapté afin de résister à la crise laitière de l’époque et a même commencé à vendre des tulipes, fleurs de son pays natal.

Un parcours atypique

Geoffrey Korsel a développé sa passion pour l’élevage lorsqu’il était enfant, aux Pays-Bas. Durant son adolescence, il passe l’équivalent d’un BTS agricole et décide d’élever des vaches laitières. Face à certaines difficultés dans son propre pays, notamment au niveau du prix des terres, il s’exile en Allemagne de l’Est et travaille sur d’importantes exploitations et sous des températures très froides (parfois – 25°C).

Après avoir acquis une solide expérience, il décide d’acheter sa propre exploitation. Au début des années 2000, il s’installe donc à Flavignac (Haute-Vienne), en région Nouvelle-Aquitaine. À nouveau, il doit faire face à un changement de langue, de mentalité, mais aussi de manière de travailler. Il a également été dans l’obligation d’acquérir quelques connaissances en mécanique, plomberie et électricité afin de s’en sortir.

Tout d’abord dans l’agriculture conventionnelle, Geoffrey Korsel est en pleine réflexion au moment de la crise du lait de 2009. En 2016, il parvient à se reconvertir dans le bio avec succès.

vaches laitières
Crédits : PxHere

Du lait bio et des tulipes

« En agriculture conventionnelle, on donne des rations de maïs ou des correcteurs azotés aux vaches pour qu’elles produisent plus. L’effet est énorme sur le foie qui est brûlé au bout de quatre ou cinq lactations. Une vache n’est pas faite pour manger du maïs, ce n’est pas un cochon » a déclaré l’agriculteur à France 3 Régions le 11 avril 2021.

Geoffrey Korsel a aujourd’hui pleinement conscience que l’agriculture conventionnelle n’est pas viable. Il pense également au bien-être de ses animaux, en évoquant une vie plus longue et tranquille, notamment grâce à la possibilité de rester à l’extérieur un maximum de temps. En meilleure santé, ses vaches tombent plus rarement malades, ce qui permet d’économiser d’onéreux frais de vétérinaire.

Depuis peu, Geoffrey Korsel vend aussi des tulipes en donnant directement accès à l’un de ses champs. Ce concept de cueillette en libre-service vient tout droit des Pays-Bas. Par ailleurs, l’agriculteur a eu cette idée en raison d’un mal du pays durant le premier confinement en lien avec la crise actuelle du coronavirus. Étant donné que la floraison des tulipes dure seulement deux semaines, l’homme se rend aussi sur plusieurs marchés pour les vendre.

Voici le petit reportage de France 3 Régions à propos de l’agriculteur hollandais du Limousin :