in

De la pluie est tombée au sommet du Groenland, une première

Image d'illustration. Crédits : NASA ICE.

Une importante remontée d’air doux et chargé d’humidité a concerné le Groenland en cette mi-août. Comme attendu, les conséquences n’ont pas tardé à se faire sentir pour le vaste inlandsis qui siège sur l’Ile.

Le 14 du mois, au plus fort de l’épisode, 872 000 km² de la calotte glaciaire étaient soumis à une fonte de surface. Il s’agit de l’épisode le plus étendu jamais recensé à cette période de l’année selon le National Snow and Ice Data Center (NSIDC). À l’origine de cette météo atypique, un puissant flux de sud-ouest véhiculant une masse d’air exceptionnellement chaude et humide pour des latitudes aussi septentrionales.

groenland
Surface de l’inlandsis soumise à une fonte superficielle le 14 août dernier. Crédits : NSIDC

Des phases de dégel de plus en plus fréquentes

Toutefois, l’événement le plus marquant aura certainement été l’extension du dégel jusqu’au sommet de l’inlandsis. Située à 3216 mètres d’altitude, la station Summit de la National Science Foundation (NSF) a en effet enregistré une température supérieure à 0 °C pendant environ neuf heures lors de la journée du 14 août. La maximale ayant atteint près de 0,5 °C vers 10 h 40 UTC. Ce n’est que la quatrième fois qu’un dégel est recensé depuis le début des mesures en 1989.

Cependant, grâce aux carottages effectués au site de Summit, on peut étendre les données bien plus loin vers le passé. En effet, lorsque la neige fond en surface, elle forme une pellicule d’eau qui regèle et laisse une signature très nette dans la glace. Selon ces mesures, il faut remonter à la fin des années 1800 pour trouver un épisode analogue. Avant le réchauffement anthropique, le dégel se produisait en moyenne une fois tous les 250 ans. Ainsi, la fréquence de ces événements serait actuellement au plus haut depuis au moins 7000 ans.

pluie Groenland
Température et point de rosée (haut), et pression (bas) à Summit entre le 14 et le 15 août. Crédits : NOAA / NSIDC

Quand la pluie s’invite là où on ne l’attend pas

Outre une température légèrement positive, de la pluie a également été observée. Contrairement au simple dégel, c’est la première fois qu’une précipitation liquide est observée au sommet de la calotte. Aucun antécédent n’est donc connu. Il va sans dire que si la pluie s’est invitée à cette altitude, elle a également concerné une large partie de l’inlandsis entre le 14 et le 15 août. Au total, ce sont sept milliards de tonnes de pluie qui se sont abattues sur le géant de glace. Il s’agit d’une valeur record depuis 1950 au moins.

La pluie rapportée à la station Summit a été confirmée par les chercheurs présents sur le site, ainsi que le révèlent les clichés présentés ci-dessous.

« Cet événement en lui-même n’a pas un impact énorme, mais il est révélateur de l’étendue, de la durée et de l’intensité croissantes de la fonte au Groenland », a déclaré le glaciologue Ted Scambos au Washington Post. « Comme la vague de chaleur dans le nord-ouest de l’Amérique du Nord, c’est quelque chose qui est difficile à imaginer sans l’influence du changement climatique mondial ».