C’est désormais officiel : on dénombre 50 000 espèces différentes d’araignées sur Terre. C’est en tout cas ce qu’a annoncé mercredi le World Spider Catalog après la description d’une nouvelle araignée sauteuse. Selon les spécialistes, il pourrait cependant encore y en avoir au moins autant à découvrir.

Et de 50 000 !

Le World Spider Catalog (WSC) est une base de données interactive dédiée aux araignées géré par le Musée d’histoire naturelle de Berne (Suisse). Or, ce site vient d’enregistrer une nouvelle espèce nommée Guriurius minuano, portant le nombre d’araignées connues à 50 000. G. minuano appartient à la famille des Salticidae, plus communément appelées « araignées sauteuses ». Il s’agit de la plus grande famille d’araignées avec plus de 500 genres et 5 000 espèces décrites.

Décrite par l’arachnologue Kimberly S. Marta, cette petite araignée évolue sur les arbustes et les arbres du sud du Brésil, en Uruguay et autour de Buenos Aires (Argentine). Elle porte le nom du peuple Minuane, aujourd’hui disparu, qui évoluait dans la région (une ascendance est toujours présente chez certains Argentins de la province d’Entre Rios).

La première description scientifique d’une araignée remonte à 1757. Les chercheurs soulignent également que le taux de découverte augmente régulièrement et qu’environ 50 000 espèces d’araignées restent encore à découvrir.

Si les araignées en rebutent beaucoup, elles restent les prédatrices les plus importantes des habitats terrestres, consommant environ 400 à 800 millions de tonnes métriques de proies chaque année. À titre de comparaison, c’est environ deux fois plus que les humains. Notez que plus de 90 % de leur alimentation se composent d’insectes et de collemboles (de petits arthropodes pancrustacés). Leur importance écologique ne doit donc pas être sous-estimée.

araignées

Crédits : Marjonhorn/Pixabay

La plus grosse, la plus petite, la plus dangereuse

Les plus petites araignées appartiennent à la famille des Symphytognathidae, présente sur tous les continents à l’exception de l’Antarctique. Il y a encore un débat sur l’espèce. Deux prétendantes appartiennent au genre Patu : les mâles de Patu digua, décrits en Colombie, avaient une longueur de corps de 0,37 millimètre, tandis que l’araignée Patu marplesi pourrait mesurer environ 0,4 millimètre de long.

La mygale Goliath (Theraphosa blondi), retrouvée en Amérique du Sud, est quant à elle la plus grande araignée  du monde selon le Guinness World Records. Physiquement, elle remplirait toute une assiette. Notez que certains prétendent que l’araignée chasseuse Heteropoda maxima, une espèce aranéomorphe de la famille des Sparassidae, pourrait être encore plus imposante. Cependant, pour l’instant, le Guinness World Records reconnaît bien T. bondi comme étant la plus grande. C’est aussi la plus massive.

Enfin, le titre de l’araignée la plus dangereuse revient probablement à la veuve noire d’Amérique (Latrodectus mactans), présente aux États-Unis et au Mexique. Son venin contient de la latrotoxine et peut en effet provoquer des symptômes neurologiques capables de vous conduire au décès en l’absence de traitement.

Dans l’ensemble, il convient toutefois de rappeler que l’immense majorité des araignées, qui restent de grandes incomprises, ne vous veut aucun mal.