in

La NASA termine les réparations de la SLS et se prépare pour un test crucial

Crédits : NASA/Tchad Siwik

Les ingénieurs de la NASA ont pu remplacer les joints qui fuyaient sur deux conduites de carburant de la fusée lunaire SLS au cours du week-end, directement sur le pas de tir. Les équipes se préparent désormais pour un test de ravitaillement dans le but d’évaluer l’efficacité des correctifs.

Enfin un premier vrai test de ravitaillement ?

Il y a quelques jours, la NASA déclarait que la mission lunaire Artemis 1 pourrait décoller le 23 ou le 27 septembre prochains après deux premières tentatives infructueuses. Pour ce faire, les ingénieurs devaient effectuer deux correctifs dans le but de prévenir d’éventuelles nouvelles fuites d’hydrogène liquide. Des responsables de la NASA ont indiqué dans une mise à jour que les ingénieurs ont finalement terminé les réparations le vendredi 9 septembre.

Ces travaux terminés, la fusée va maintenant devoir passer un test de ravitaillement crucial pour vérifier l’efficacité des correctifs effectués. Celui-ci pourrait avoir lieu entre le 17 septembre et le 19 septembre prochain. Au cours de ce test, les équipes rempliront la fusée de 98 mètres de haut avec les plus de 2 780 000 litres d’hydrogène et d’oxygène liquides dont elle a besoin pour s’extraire de la gravité terrestre. Dès lors, les ingénieurs pourront effectuer un test de purge au démarrage sur les quatre moteurs principaux de la SLS.

Ce dernier est conçu pour refroidir les moteurs jusqu’à une température de moins 251 degrés Celsius pour les préparer à l’injection du propulseur cryogénique. Sans cette étape essentielle, les moteurs seraient probablement fracturés à cause du choc thermique. L’agence n’avait pas été en mesure d’effectuer ce test lors des deux premières tentatives de lancement d’Artemis 1.

« Cette démonstration permettra aux ingénieurs de vérifier les nouveaux joints dans des conditions cryogéniques (super froides), comme prévu le jour du lancement, avant de procéder à la prochaine tentative de vol« , note l’agence dans un communiqué. Suite au test, les équipes évalueront les données et se prépareront pour la prochaine opportunité de lancement fin septembre.

fusée sls
Crédits : Cristobal Herrera-Ulashkevich

Autorisation spéciale

La NASA devra également obtenir une dérogation de l’US Space Force pour éviter de rapporter la SLS dans le bâtiment d’assemblage des véhicules, situé à environ six kilomètres du pad. Cette dérogation permettrait de prolonger l’exploitation du système de terminaison de vol (FTS) qui vise à détruire la fusée en cas de déviation de sa trajectoire pendant le lancement. Sans ce dispositif, le lanceur pourrait menacer des vies humaines en retombant au sol.

Les batteries du FTS doivent normalement être changées tous les vingt jours dans le bâtiment d’assemblage. La NASA a déjà bénéficié d’une dérogation permettant de pousser à vingt-cinq jours. Cependant, cette échéance sera dépassée dès le 23 septembre prochain. C’est pourquoi la NASA a besoin d’une autorisation spéciale pour  lancer sa fusée ce jour-là ou potentiellement le 27.