in

Moins d’école pour les enfants : l’idée de la Chine pour augmenter la natalité

Crédits : V.T. Polywoda / Flickr

La Chine tente de prévenir une future crise démographique en réfléchissant à une nouvelle politique. Les premiers éléments de cette politique tendent vers des solutions encore vagues, mais surtout inégalitaires. Preuve en est avec la toute dernière idée du gouvernement : raccourcir le temps des enfants passé à l’école.

Trop de temps passé à l’école ?

Malgré une croissance économique toujours positive, la Chine fait face à un vieillissement accéléré de sa population et la baisse progressive de son nombre d’actifs (et d’actives). En 2020, le pays a observé une baisse de la natalité de 15 % par rapport à l’année précédente. Selon l’Académie Chinoise de Sciences Sociales, la population du pays (qui frôle actuellement les 1,4 milliard) devrait commencer à baisser dès 2027. Autre donnée inquiétante : dans à peine quatre ans, un cinquième de la population chinoise aura plus de 65 ans. Aujourd’hui, l’objectif du gouvernement chinois est donc de relancer la natalité en induisant un baby-boom.

Une des idées évoquées est de faire en sorte que les enfants, surtout les filles, passent moins de temps à l’école. Dans ce pays, les enfants démarrent l’école à 7 ans, finissent le lycée à 19 ans et commencent à travailler vers l’âge de 25 ou 27 ans en cas d’études universitaires. Dans un article du quotidien chinois The Global Times le 7 mars 2021, le député Zhang Hongwei évoque le fait qu’une femme prenant sa retraite à 55 ans (âge légal de la retraite) aura passé davantage de temps à l’école qu’au travail.

ecole chine
Crédits : European External Action Service / Flickr

Certaines voix s’élèvent contre cette idée

L’idée est donc de raccourcir la durée des études, ce qui permettrait aux jeunes Chinoises d’accéder plus rapidement au marché du travail. Elles pourraient alors acquérir plus vite une certaine aisance financière leur permettant d’envisager sereinement d’avoir des enfants. Pour Zhang Hongwei, qui a proposé cette mesure, cela pourrait également limiter le problème de la baisse des actifs et donc, de la pénurie de main-d’œuvre qui se dessine. Évidemment, tout le monde n’est pas d’accord avec cette façon de voir les choses. Sur les réseaux sociaux du pays, de nombreux internautes s’indignent du fait que les étudiants soient simplement considérés comme de la main-d’œuvre. D’autres estiment ne pas vouloir travailler trop tôt afin d’acquérir une bonne maturité grâce à l’éducation.

Le chercheur en sciences de l’éducation Chu Chaohui ne voit pas non plus l’intérêt de ce genre de mesures. Selon lui, le vieillissement de la population chinoise est un problème structurel de la société. Celui-ci ne pourrait être réglé au moyen d’un raccourcissant la durée des études à des fins d’augmentation de la population active. De plus, ceci aurait pour effet d’augmenter la pression sur les écoliers et étudiants, ce qui n’est pas non plus souhaitable.

Il y a peu, une autre idée avait fait débat en Chine : réduire l’âge minimum légal pour se marier. Aujourd’hui, les femmes peuvent se marier à vingt ans et les hommes à vingt-deux, mais cette limite pourrait tomber à dix-huit pour tous. La logique derrière cette mesure ? Se marier plus tôt et se sentir prêt à avoir des enfants de manière tout aussi précoce.