in

Des inondations records sur les littoraux à cause de la Lune dès 2030 ?

Crédits : U.S. National Archives

L’agence spatiale étasunienne (NASA) a récemment évoqué le cycle nodal, c’est-à-dire l’oscillation orbitale de la Lune. Ce phénomène qui influence l’amplitude des marées devrait représenter un danger pour les zones côtières dans une dizaine d’années sur une période définie. Sans compter que ce même phénomène se conjugue à la hausse du niveau des océans en raison du réchauffement climatique.

Un nouveau cycle redouté

Une augmentation du nombre d’inondations à marée haute, voici ce que prévoit la NASA à partir de 2030. Dans un communiqué du 7 juillet 2021, l’agence évoque des recherches menées conjointement avec l’Université d’Hawaï (États-Unis). Les villes côtières du monde entier pourraient subir des inondations trois à quatre fois plus souvent qu’aujourd’hui, menaçant les infrastructures. En cause : le cycle nodal de la Lune. Ce phénomène influence l’amplitude des marées, qui augmentent ou diminuent en fonction du cycle. Or, le prochain cycle, qui apparaîtra dans une dizaine d’années, devrait être synonyme d’inondations records.

Il faut savoir que le cycle nodal est tout à fait naturel. Il existe depuis très longtemps et continuera de se produire bien après l’existence humaine. Sa durée est d’ailleurs connue : 18,6 années. Ainsi, l’amplification des marées devrait s’étendre sur cette période, et ce dès 2030. Malheureusement, le phénomène pourrait être plus dangereux au cours du prochain cycle. Selon la NASA, la raison se trouve dans la hausse du niveau des océans, causée par les effets du réchauffement climatique, lui-même découlant en partie des émissions de gaz à effet de serre que l’humanité ne parvient pas à contrôler. L’agence prévoit des inondations dont la durée et la dangerosité relèveront du jamais-vu.

inondation Australie
Crédits : Andrew Kesper / Wikipedia

Un impact sur les infrastructures et la société

L’administrateur de la NASA, Bill Nelson, affirme que les zones de basse altitude proches du niveau de la mer sont déjà de plus en plus sous la menace des inondations. L’intéressé est formel : la combinaison de l’élévation du niveau de la mer, du réchauffement climatique et du prochain cycle nodal exacerbera les inondations sur les littoraux du monde entier. Rappelons au passage que les inondations se produisent lorsque les marées atteignent une hauteur d’environ 0,6 m au-dessus de la marée haute moyenne quotidienne. Dans ces conditions, l’eau commence à envahir les rues, s’infiltrant partout et faisant déborder les égouts ainsi que les puisards (système de drainage). Par ailleurs, des épisodes plus longs iront de pair avec davantage de dégâts au niveau des infrastructures.

Phil Thompson, principal auteur de l’étude parue dans la revue Nature Climate Change le 21 juin 2021, précise que l’impact sur la société proviendra de l’accumulation des épisodes d’inondation. Le chercheur souligne que si le phénomène se produit entre dix ou quinze fois par mois, le fonctionnement des entreprises sera mis en péril. La principale raison semble être une forte perturbation des transports et des lieux de parking, empêchant les citoyens de se rendre sur leur lieu de travail.