in

Londres : le plus gros amas de graisse jamais découvert dans les égouts !

Crédits : Thames Water

Il s’agit là d’un monstre de graisse obstruant actuellement les égouts de Londres, le plus imposant jamais découvert. Tout de même, ce « fatberg » fait figure de poids lourd avec ses 130 tonnes !

Le spectre du fatberg découvert en 2013 dans le district londonien de Kingston upon Thames refait surface, mais selon The Guardian, le nouvel amas de graisse découvert sous une grande avenue de Whitechapel (quartier de Tower Hamlets) qualifié de « total monster » par le quotidien, mesure 250 mètres de long, soit dix fois plus que le premier !

« Ce fatberg est le plus grand que nous ayons jamais vu. C’est un véritable monstre qui a durci et nécessite beaucoup de main-d’œuvre et de machinerie pour être enlevé », explique Matt Rimmer, chef des réseaux déchets de la compagnie des eaux Thames Water.

Les travaux d’évacuation ont commencé cette semaine et l’amas de graisse devrait être acheminé vers un centre de recyclage. Cependant, ces travaux sont particulièrement compliqués et nécessitent l’intervention d’une équipe de huit personnes armées de lances produisant des jets à haute pression afin de briser cet amas dont la dureté est comparée à « du béton » par Matt Rimmer. Selon l’intéressé, ce genre d’amas est évitable, car ils résultent à la fois de matières grasses évacuées dans les éviers domestiques ainsi que de lingettes hygiéniques jetées dans les toilettes.

Crédits : Thames Water

Alors que la compagnie Thames Water dessert quinze millions d’habitants de la capitale britannique, celle-ci indique allouer un budget d’environ 1,1 million d’euros par mois pour désobstruer ses canalisations dans lesquelles se forment constamment des amas de graisse. Le fatberg découvert en 2013 a nécessité une dizaine de jours de travaux, mais qu’en sera-t-il de ce nouvel amas bien plus imposant ?

Thames Water fait également de la prévention sur son site Web concernant notamment l’évacuation de lingettes hygiéniques dans les toilettes, évoquant « le mythe des lingettes que l’on peut jeter dans les w.c. ».

Sources : The GuardianCourrier InternationalLe Figaro