in

La Lune influence-t-elle vraiment notre sommeil ?

Crédits : 8385/Pixabay

Les raisons de mal dormir peuvent être multiples. Citons le manque d’activité physique, l’influence des écrans, le stress… mais aussi la Lune ! Nous aurions en effet tendance à nous coucher plus tard et à dormir moins dans les jours précédant la pleine lune. C’est en tout cas ce que constate une nouvelle étude.

Dans le cadre d’une étude publiée dans Science Advances, une équipe des Universités de Washington et de Yale (États-Unis), en collaboration avec l’Université nationale de Quilmes (Argentine), a cherché à déterminer comment et dans quelle mesure les cycles de sommeil peuvent évoluer avec le cycle lunaire.

Grâce à des dispositifs de surveillance du sommeil (à accrocher au poignet), les chercheurs ont étudié les habitudes de sommeil de 98 personnes vivant dans trois communautés autochtones Toba-Qom à Formose, en Argentine et de 464 étudiants de la région de Seattle. Ils ont opté pour ces deux échantillons pour la différence de leur environnement. Concrètement, les peuples autochtones ont moins accès à la lumière artificielle (électricité), mais davantage à la lumière naturelle (Lune) et inversement pour les étudiants de Seattle.

Les chercheurs ont alors constaté que la connexion entre les cycles de sommeil et les cycles lunaires était bien présente chez les communautés sans accès à l’électricité. Néanmoins, plus surprenant encore, elle était également marquée dans les zones alimentées en électricité.

Dans ces deux groupes, les dispositifs de surveillance ont en effet montré que les nuits précédant la pleine Lune étaient celles où les gens se couchaient le plus tard et dormaient le moins. Il en est également ressorti que ces nuits affichaient davantage de lumière dans le ciel nocturne après le crépuscule, alors que la lune croissante devenait plus brillante.

sommeil dormir lune
Crédits : Pexels / Ivan Obolenivov

Une adaptation ancestrale ?

Pour expliquer ces constats, les auteurs évoquent une possible adaptation permettant à nos ancêtres de profiter de cette source naturelle de lumière nocturne produite à un moment précis du cycle lunaire. Celle-ci aurait pu faciliter les activités de chasse, de pêche ainsi que les activités sociales.

Si le moment et la durée du sommeil n’ont cessé d’évoluer au cours de notre évolution, les chercheurs pensent que les groupes nomades s’endormaient généralement après le crépuscule, alors que l’environnement devenait trop sombre pour continuer les activités entamées durant la journée. Toutefois, le clair de Lune peut être si brillant pour l’œil humain qu’il est tout à fait raisonnable d’imaginer que cette source de lumière nocturne puisse également avoir joué un rôle dans la modulation de notre sommeil.

D’un autre côté, le fait que cette connexion ait été moins marquée chez les étudiants de Seattle pourrait s’expliquer par les obligations sociales qui dérèglent le cycle du sommeil.