in ,

Les substituts de viande sont-ils vraiment plus sains ?

Crédits : barmalini / iStock

Des nutritionnistes ont tenté de définir si les substituts de viande ou simili-carné étaient plus sains que la viande elle-même. Or, les produits ultra-transformés sont dans nombreux cas plus riches en gras et en sel et doivent faire idéalement l’objet d’une consommation avec modération.

Des alternatives qui gagnent du terrain

L’élevage et l’industrie agroalimentaire participent activement à l’actuel dérèglement climatique. Pollution, déforestation massive, érosion des sols, etc., nombreuses sont les dérives préoccupant les défenseurs de l’environnement. Il est donc logique que la volonté de réduire sa consommation personnelle de viande apparaisse comme étant une solution acceptable pour améliorer une situation de plus en plus problématique.

Un sondage réalisé en France par Réseau Action Climat en février 2021 affirmait que 96 % des personnes déclaraient consommer de la viande, mais pas forcément au quotidien. Par ailleurs, 48 % estimaient avoir réduit leur consommation durant les trois années précédentes. Les raisons évoquées ? Leur propre santé, la cause environnementale ainsi que le bien-être animal.

Cette baisse de la consommation de viande encourage la multiplication d’offres concernant les produits alternatifs contenant des protéines végétales. La plupart des Français se tournent toujours vers des protéines végétales brutes (ou très peu transformées), mais certaines alternatives comme, les insectes comestibles et la viande de synthèse ont tendance à gagner en parts de marché.

steak vegetarien
Crédits : margouillatphotos/ iStock

Additifs, conservateurs et perte nutritive

Le quotidien britannique The Independant – par le biais de la journaliste Saman Javed – a interrogé un panel de nutritionnistes à propos des produits transformés, que les fabricants vantent comme étant des produits santé. Tout d’abord, la journaliste a comparé la teneur nutritive d’un morceau de poulet avec celle de trois substituts de trois marques différentes. Selon les résultats, le poulet est deux fois plus riche en protéines et moins salé que le substitut aux champignons fermentés, tandis que le substitut au soja est moins salé, mais plus calorique. Quant au substitut « simili haché de bœuf », ce dernier est plus gras, plus salé et plus calorique.

Qu’il s’agisse de substituts végétariens ou non, les produits ultra-transformés sont davantage enclins à contenir des additifs et autres conservateurs. Ils perdent également en valeur nutritive au fur et à mesure des étapes de fabrication. Les alternatives végétales aux protéines animales sont idéalement les suivantes : lentilles, haricots, noix et algues. En somme, si les substituts transformés peuvent effectivement aider à la réduction de la consommation de viande, ceux-ci doivent être consommés avec modération comme tous les autres produits du même type.