in

Les koalas seraient déjà fonctionnellement éteints. Voici ce que ça signifie

koalas
Crédits : Pixabay

Les koalas sont désormais une espèce fonctionnellement éteinte, expliquent depuis quelques semaines des militants. En d’autres termes, ces animaux, plus assez nombreux, ne pourront bientôt plus produire de nouvelles générations viables.

Les koalas constituent un véritable symbole de la faune australienne, et sont présents sur ces territoires depuis plusieurs millions d’années. Mais l’espèce est en danger, en raison notamment du réchauffement du climat, et du défrichement des terres. Au cours de ces 30 dernières années, les effectifs ont considérablement diminué, au point que l’espèce pourrait être aujourd’hui considérée comme « fonctionnellement éteinte ». C’est du moins ce que suggèrent les militants de l’Australian Koala Foundation, affirmant qu’il y aurait aujourd’hui moins de 80 000 koalas dans la nature.

Les générations futures menacées

L’extinction fonctionnelle se distingue ici de l’extinction numérique. Ce dernier cas se produit lorsqu’une espèce n’est plus représentée que par une poignée d’individus. Vous n’avez alors plus aucune chance de voir l’espèce concernée se reproduire à l’avenir. Une espèce dite « fonctionnellement éteinte » peut se représenter par deux cas de figure. Le premier implique le fait que la population diminue au point de ne plus pouvoir jouer un rôle important dans son écosystème. C’est notamment le cas des dingos, par exemple. Ils sont aujourd’hui si peu nombreux qu’ils n’ont qu’une influence négligeable sur les espèces dont ils se nourrissent.

Le second cas de figure implique tout simplement le fait qu’il n’y a plus assez d’adultes sexuellement matures pour assurer une population durable. C’est le cas ici des koalas. 80 000 individus, ça peut paraître énorme sur le papier. Mais ce manque d’effectif pourrait malheureusement entraîner d’importants croisements de consanguinité. Et forcément, ces problèmes nuiront à la viabilité des générations futures.

koala
Un rapport affirme que les koalas sont une espèce « fonctionnellement éteinte ». Crédits : Pixabay

Une espèce vulnérable à l’influence humaine

Notons par ailleurs qu’en 2016, un calcul différent des populations des koalas australiens avait enregistré un déclin des effectifs de 24 % sur les trois dernières générations. En revanche, le nombre de koalas encore dans la nature avait été estimé à environ 329 000. Soit beaucoup plus que les évaluations de l’Australian Koala Foundation faites cette année. Difficile donc d’évaluer la population exacte de l’espèce, mais les deux études s’accordent en tout cas sur un même point : les effectifs chutent depuis plusieurs années. Et c’est bien l’Homme qui en est le principal responsable.

« Il est difficile de dire exactement combien de koalas restent dans le Queensland, la Nouvelle-Galles-du-Sud, Victoria, l’Australie-Méridionale et le Territoire de la capitale australienne, mais ils sont extrêmement vulnérables aux menaces telles que les maladies, les effets du changement climatique, ou encore la déforestation », confirme en effet Christine Adams-Hosking, chercheuse à l’Université du Queensland. Selon l’Australian Koala Foundation, le défrichement des terres en Australie aurait à ce jour éliminé 80 % de l’habitat naturel du koala.

Source

Articles liés :

Le génome du koala décrypté afin de savoir pourquoi ce dernier peut digérer l’eucalyptus

Mais concrètement, pourquoi y a-t-il tant de marsupiaux en Australie ?

Doit-on privatiser les espèces en voie d’extinction ?