in

Les colorations pour cheveux en lien avec l’apparition de cancers ?

Crédits : katyandgeorge / Pixabay

Nous savons que les colorations pour cheveux intègrent dans leur composition des produits chimiques irritants et toxiques. Ces produits sont d’ailleurs souvent associés à un risque accru de cancer. Qu’en est-il réellement ? Une étude récente a suivi pas moins de 100 000 femmes sur plus de trente ans.

Une étude sur 36 ans

Aux États-Unis et en Europe, 80 % des colorations disponibles dans le commerce sont des colorations capillaires permanentes chimiques et donc oxydantes. Ces colorations sont composées de peroxyde d’hydrogène, dont la mission est de détruire la mélanine des cheveux afin de la remplacer par des colorants chimiques. Les colorations intègrent parfois des produits comme l’o-Phénylènediamine servant à la production de pigments.

Or, ce type de produits se classe dans la catégorie des cancérigènes probables pour les humains. Cette conclusion est celle d’une étude relayée dans un communiqué publié le 24 février 2020 par le Centre international de recherche sur le cancer (IARC). Au passage, il faut savoir que très peu d’études se sont intéressées aux risques potentiels concernant la santé des personnes utilisant ces colorations.

L’école de santé publique de l’Université de Boston (États-Unis) a donc mené une étude observationnelle prospective. Il s’agissait de suivre l’apparition de cancers chez un grand nombre de femmes. L’étude en question a débuté en 1976 et s’est terminée en 2012. Celle-ci concernait 120 000 infirmières étasuniennes âgées entre 30 et 55 ans. Les volontaires devaient répondre à des questionnaires tous les deux ou quatre ans. Ces questionnaires concernaient leurs habitudes d’utilisation des teintures capillaires.

coloration cheveu
Crédits : PxHere

Des résultats mitigés

À partir des questionnaires, les chercheurs ont créé deux catégories. La première catégorie concernait les non-utilisatrices et la seconde, les femmes ayant utilisé au moins une fois ce genre de produit sans prendre en compte la fréquence. Par ailleurs, les volontaires devaient informer les chercheurs dans le cas de l’apparition d’un cancer officiellement confirmé par des médecins.

Selon les résultats, les femmes utilisant des teintures capillaires n’ont pas plus de risque de déclarer un cancer tissulaire de type sarcomes et carcinomes. De plus, la mortalité liée aux cancers ne fait pas non plus l’objet d’une augmentation chez les utilisatrices. Toutefois, le risque d’apparition d’un carcinome basocellulaire est plus important concernant les femmes utilisant des teintures permanentes. C’est également le cas des femmes ayant le cheveu plus clair. Citons également le fait qu’une utilisation fréquente de ces produits est liée à un risque accru de cancer du sein.

Rappelons que l’étude établit seulement des associations positives entre l’apparition de certains cancers et l’utilisation de coloration capillaire. Celle-ci ne décrit en aucun cas un lien de causalité entre les deux. Par ailleurs, l’étude ne peut pas faire office de référence dans le monde. Effectivement, 96 % des femmes étaient majoritairement caucasiennes, brunes et toutes étaient infirmières aux États-Unis. De plus, ces recherches n’ont pas pris en compte certaines données telles que les antécédents familiaux ou les facteurs environnementaux.