in

Covid-19 : une société désinfectant les masques FFP2 est devenue richissime

Crédits : sferrario1968 / Pixabay

Objet emblématique de la crise sanitaire du Covid-19, le masque de protection a fait l’objet d’une explosion de la demande. Certaines sociétés ont donc naturellement profité de cet engouement. C’est le cas de Battelle, une organisation de recherche privée qui a réussi à vendre sa technologie au gouvernement des États-Unis.

Une technologie plébiscitée par Trump

L’apparition du Covid-19 a mis au jour les difficultés à faire face à une crise sanitaire de grande ampleur qu’ont rencontré de nombreux États, dont la France. Or, le masque de protection est un objet précieux en ces temps obscurs. Dans notre pays, la pénurie de masques s’apparente davantage à un scandale lié au stock stratégique d’État. Mais certains États qui ont brillamment affronté la pandémie, comme Taïwan, ont pu apporter leur aide et fournir des masques aux pays en difficulté. Au milieu de tout ça, nous retrouvons des sociétés qui ont fait le pari de faire un bénéfice important en offrant leurs services.

Dans un article publié par le Wall Street Journal le 1er juin 2020, il est question de la société étasunienne Battelle. Cette organisation de recherche a vendu sa technologie à son gouvernement, une initiative vivement soutenue par le président Donald Trump.

Battelle a touché le jackpot

Le processus mis au point par la société Battelle est assez simple. Il s’agit de placer des masques usagés dans des containers adaptés. Ensuite, il est question de les vaporiser à l’aide de peroxyde d’hydrogène avant de procéder à un séchage de plusieurs heures. Selon Battelle, il est possible de reproduire le processus une vingtaine de fois pour chaque masque.

Jusqu’à aujourd’hui, Battelle a décontaminé environ 700 000 masques FFP2 (N95) pour 110 dollars pièce ! Autrement dit, cette entreprise a amassé des dizaines de milliers de dollars de bénéfices. Surtout, la récente vente de la technologie au gouvernement a permis à Battelle de toucher le jackpot. Donald Trump a en effet prévu un budget de 400 millions de dollars pour le fonctionnement d’une cinquantaine d’unités de décontamination. Mais la facture pourrait atteindre les 600 millions de dollars.

masque FFP2
Crédits : fernandozhiminaicela / Pixabay

Une méthode discutée

Si le gouvernement Trump croit en cette technologie, la réutilisation de masques FFP2 désinfectés ne fait pas l’unanimité. La Food and Drug Administration (FDA) s’est montrée favorable à la pratique, mais les Centres pour le contrôle et la prévention des maladies (CDC) s’y opposent, sauf en cas de pénurie totale. Par ailleurs, le fabricant de masques 3M indique que la technologie de Battelle ne fait l’objet d’aucune certification. Le risque ? Rendre les masques totalement inefficaces.

Enfin, les gestionnaires d’hôpitaux sont plutôt satisfaits de l’arrivée de masques mais le personnel de santé est plus réservé. En effet, certains personnels ont rapporté des cas de filtres usés, d’élastiques cassés et de marques d’excrétions.