in

Le “soleil artificiel” de la Chine atteint 100 millions de degrés

Crédits : iStock

Une équipe de chercheurs chinois annonce avoir atteint une température de 100 millions de degrés Celsius – six fois plus chaud que le centre du Soleil – à l’intérieur d’un réacteur à fusion. Un pas de plus vers la fusion nucléaire, l’énergie des étoiles.

Les énergies fossiles ont fait leur temps. Les énergies renouvelables sont une bonne alternative pour la planète, mais sont-elles réellement l’avenir ? Une troisième solution pourrait mettre tout le monde d’accord : la fusion nucléaire, ou en d’autres termes l’énergie des étoiles. Notre Soleil se présente en effet comme un gigantesque réacteur de fusion nucléaire naturel. Son énergie est illimitée du point de vue de l’humanité (même si le Soleil n’est pas éternel). C’est pourquoi des chercheurs s’efforcent aujourd’hui “d’imiter” notre étoile.

De nombreux défis

Créer un “Soleil artificiel” est une entreprise compliquée, sur laquelle travaillent de nombreux chercheurs depuis plusieurs années. Contrairement à la fission nucléaire, qui divise les atomes pour créer de l’énergie, la fusion permet de joindre des noyaux d’atomes plus légers pour former un noyau plus lourd. Cette réaction produit du plasma, un état de la matière qui pourrait bien nous sauver la vie. Si nous arrivions en effet à maîtriser cette nouvelle technologie, nous pourrions alors bénéficier d’une énergie renouvelable en grande quantité et peu coûteuse. Mais les défis techniques sont énormes.

Recréer les conditions régnant sur notre étoile est en effet plus facile à dire qu’à faire. Vous devez atteindre des pressions extrêmement élevées et des températures d’environ 150 millions de degrés Celsius (le centre du Soleil est à 15 millions de degrés Celsius). Ensuite, et une fois créé, le plasma doit être maintenu en suspension à l’intérieur d’un réacteur, sans toucher les parois. Compliqué donc, mais un nouveau pas vient d’être franchi.

100 millions de degrés Celsius

Une équipe de chercheurs de l’Institut des sciences physiques de Hefei, rattachée à l’Académie chinoise des sciences, travaille sur ce projet depuis 2006. Après avoir, en 2017, réussi à suspendre le plasma dans un état stable pendant plus de 100 secondes (un record), la même équipe explique aujourd’hui avoir pu générer du plasma à une température de 100 millions de degrés Celsius, peut-on lire dans Newsweek.

fusion nucléaire Chine Soleil
Le réacteur à fusion nucléaire de la Chine, véritable “Soleil artificiel”. Crédit : ÉQUIPE HIPS/ EAST

On n’y est pas encore, donc, mais on s’en approche. De nombreux autres défis devront encore être relevés au cours de ces prochaines années pour finalement pouvoir être en mesure de concevoir un réacteur capable de confiner et de suspendre un plasma assez chaud suffisamment longtemps. Ces futurs réacteurs, s’ils sont viables sur le plan commercial, pourraient alors alimenter le monde entier en énergie propre et renouvelable.

Articles liés : 

L’avenir semble tourné vers la fusion nucléaire, l’énergie “des étoiles”

Fusion nucléaire : des scientifiques allemands viennent de lancer leur “Soleil artificiel”

Des physiciens mesurent la force nucléaire faible pour la toute première fois