in

Pourrait-on transformer la lumière du Soleil en un carburant illimité et renouvelable ?

soleil Terre
Crédits : iStock

Une équipe de chercheurs de l’Université de Cambridge, au Royaume-Uni, annonce avoir mis au point un processus de photosynthèse semi-artificielle dans le but de pouvoir produire et stocker l’énergie solaire.

La photosynthèse est le processus utilisé par les plantes pour convertir la lumière solaire en énergie (glucose). Les végétaux n’ont en revanche besoin que d’une petite partie de cette énergie produite (environ 1 à 2 %), et le reste se retrouve alors perdu. Du moins, la Nature n’a pas évolué pour permettre une synthèse efficace des combustibles. Pourrait-on alors trouver un moyen de stocker cette énergie dans le but de s’en servir de manière durable ? Une équipe de l’Université de Cambridge rapporte dans la revue Nature Energy avoir mis au point une version semi-artificielle de la photosynthèse, en réactivant une enzyme appelée hydrogénase, depuis très longtemps oubliée par la Nature.

« L’hydrogénase est une enzyme présente dans les algues, capable de réduire les protons en hydrogène, explique la chimiste et auteure principale, Katarzyna Sokół. Au cours de l’évolution, ce processus a été désactivé car il n’était pas nécessaire pour survivre, mais nous avons réussi à contourner cette inactivité pour obtenir la réaction que nous souhaitions – diviser l’eau en hydrogène et en oxygène ». Les chercheurs ont ainsi, en quelque sorte, réactivé de manière artificielle l’action d’une enzyme dormante depuis des millions d’années. La méthode – moins coûteuse que les processus actuellement tentés – pourrait potentiellement révolutionner les systèmes utilisés pour la production d’énergie renouvelable.

Crédits : iStock

« C’est excitant de pouvoir choisir sélectivement les processus que nous souhaitons et réaliser la réaction que nous voulons, ce qui est inaccessible par nature, poursuit la chercheuse. Cela pourrait être une excellente plateforme pour développer des technologies solaires ». Une découverte également jugée « importante » par le docteur Erwin Reisner, chef du laboratoire Reisner, et membre du St John’s College de l’Université de Cambridge. « Ce travail surmonte de nombreux défis difficiles associés à l’intégration de composants biologiques et organiques dans les matériaux inorganiques pour l’assemblage de dispositifs semi-artificiels », a-t-il expliqué, ajoutant que cette étude « ouvre une boîte à outils pour le développement de futurs systèmes de conversion de l’énergie solaire ».

Source

Articles liés : 

Les plantes n’aiment pas être touchées, et elles le font savoir

Les plantes ont colonisé la Terre 100 millions d’années plus tôt que prévu

Bientôt des insectes et des plantes à la surface de la Lune ?

Pourrait-on transformer la lumière du Soleil en un carburant illimité et renouvelable ?
noté 3.5 - 2 votes

Written by Brice Louvet

Passionné par les sciences, et relations humaines, je partage avec vous les nouvelles découvertes, des situations les plus insolites aux dossiers les plus intéressants



balance kilo kilogramme

Le kilogramme tel qu’on le connait va disparaître

fumer-cigarette

Smokitten, un jeu vidéo pour aider les fumeurs à arrêter