in

James Webb Telescope : après le pare-soleil, place aux miroirs

Le miroir du James Webb Telescope. Crédits : NASA

Ce mardi 4 janvier, les opérateurs de la NASA ont clôturé avec succès le processus de libération du pare-soleil du James Webb Telescope. Il s’agissait de l’opération la plus complexe et la plus délicate de la longue phase de déploiement de l’observatoire. L’équipe de mission peut désormais passer au prochain élément important de sa liste de choses à faire : déployer les miroirs secondaire et primaire.

Le James Webb Telescope poursuit son processus de déploiement millimétré dans l’espace. Ces lundi et mardi, les contrôleurs de mission ont entamé et clôturé le déploiement de son énorme pare-soleil, un bouclier à cinq couches de la taille d’un court de tennis. Selon la NASA, chaque feuillet est à peu près aussi fin qu’un cheveu humain et recouvert de métal réfléchissant, de quoi réduire l’exposition à la chaleur du Soleil, de la Terre et de la Lune.

Désormais, place aux miroirs

Le miroir principal du James Webb Telescope, le plus grand jamais construit par la NASA (6,5 m de diamètre) se compose de dix-huit segments de forme hexagonale construits à partir de béryllium, un métal très léger. Chacune de ces structures et tapissée d’or, le matériau offrant la réflectivité la plus élevée sur une très large bande de longueurs d’onde.

Ce miroir se décompose en trois parties : une plate-forme centrale et deux « ailes » latérales plus petites. Ces dernières ont été repliées avant le lancement afin que l’ensemble puisse s’adapter à l’intérieur du carénage de la fusée Ariane 5. Le déploiement du miroir principal consistera donc à déployer ces deux ailes.

Le miroir secondaire représente la seconde surface, après le miroir primaire, que la lumière frappera sur son chemin vers les quatre instruments scientifiques du télescope. La structure de 0,74 m se situe à l’extrémité de plusieurs flèches qui doivent être étendues. Le miroir secondaire sera déployé en premier. L’ensemble du processus devrait sérieusement commencer ce week-end et durer environ dix jours.

james webb telescope
Les ingénieurs utilisaient de la neige carbonique pour nettoyer les segments du télescope sans les rayer au Goddard Space Flight Center de la NASA à Greenbelt, dans le Maryland. Crédits : Chris Gunn / NASA

Aligner chaque segment

Si tout se passe comme prévu, le télescope glissera ensuite en orbite autour du point de Lagrange 2 environ 29 jours après le lancement, le 23 janvier prochain. À ce stade, l’équipe de mission devra toujours aligner précisément les dix-huit segments de miroir primaire afin qu’ils agissent comme une seule surface collectrice de lumière.

Pour ce faire, les contrôleurs de mission allumeront la caméra infrarouge proche (NIRCam) du télescope. Cet instrument est conçu pour détecter les distorsions de la lumière entrante avec une extrême précision. Dès lors, 126 actionneurs se chargeront de positionner, plier ou fléchir subtilement chaque segment en fonction des données transmises par l’instrument.

Les semaines suivantes impliqueront les étalonnages finaux et l’achèvement du processus de mise en service. Les opérations scientifiques devraient finalement commencer cet été et durer entre cinq et dix ans.