in

La Grande Barrière de corail subit actuellement un sixième épisode de blanchiment

Crédits : Itos / iStock

Selon des observations aériennes récentes, la Grande Barrière de corail au large de l’Australie vivrait son sixième épisode de blanchiment en seulement un quart de siècle. Qualifié de sévère, ce blanchiment ne signifie toutefois pas la mort du récif dans sa globalité.

Près de deux tiers des récifs blanchissent

En 2020, une étude de l’ARC Centre of Excellence for Coral Reef Studies en Australie montrait que la Grande Barrière de corail avait perdu la moitié de ses coraux en presque trente ans. La cause est d’ailleurs connue depuis longtemps : l’augmentation de la température des océans en raison du dérèglement climatique.

Comme l’explique une mise à jour du 25 mars 2022 sur la plateforme de la Great Barrier Reef Marine Park Authority (GBRMPA), des scientifiques ont réalisé de nouvelles observations le long des 2 300 km de la barrière. Ils ont alors affirmé que 60 % de la surface des récifs est en proie à un blanchiment sévère. Or, cet épisode est le sixième du genre à se produire en un quart de siècle et le quatrième en seulement six ans. Les autres épisodes se sont déroulés respectivement en 1998, 2002, 2016, 2017 et 2020.

« La Grande Barrière de corail reste un écosystème dynamique et magnifique. Les impacts du changement climatique et des conditions météorologiques extrêmes rappellent l’importance de la réduction des émissions mondiales de gaz à effet de serre et des actions de gestion marine solides qui soutiennent la résilience de ce magnifique écosystème vivant », peut-on lire dans la mise à jour de la GBRMPA.

Grande Barrière de corail
Crédits : wataru aoki / iStock

Des récifs aujourd’hui plus fragiles

Selon les responsables de l’étude, cet épisode de blanchiment est le premier à se dérouler durant une année dite de « La Niña », un terme relatif à un phénomène climatique se caractérisant notamment par une température des eaux anormalement basse. Autrement dit, les épisodes précédents que l’on associe à des températures anormalement chaudes ont rendu les récifs plus fragiles face de nouveaux stress environnementaux. Pour les scientifiques, il est clair que les récifs sont incapables de résister au rythme actuel de réchauffement et à la fréquence des changements climatiques.

Rappelons tout de même que pas moins du quart des formes de vie marines doivent totalement ou en partie leur survie aux récifs de corail. La survie de nombreux humains est également en jeu puisque les récifs représentent un écosystème qui alimente les réservoirs de pêche. De plus, la barrière de corail protège aussi des littoraux, notamment contre les tempêtes. Ceux-ci font également office de système d’alerte quant aux futurs impacts des changements climatiques.