in

Et si l’US Air Force levait une énorme armée de F-16 autonomes ?

Crédits : Davis-Monthan Air Force Base

D’anciens appareils bons pour la casse pourraient être réhabilités et adaptés pour former des armées de drones dévastateurs. Ce scénario est celui d’un analyste étasunien à l’origine d’une plateforme en ligne d’analyse, de commentaires, de débats et de contenus multimédias sur les questions de politique étrangère et de sécurité nationale.

Des drones performants à partir d’engins obsolètes

Aux États-Unis, dans le désert ou au sein de plusieurs bases telle que la Davis-Monthan Air Force Base en Arizona, des centaines d’appareils sont entreposés. Obsolètes, ces aéronefs attendent d’être mis à la casse après leur mise au placard au profit d’appareils plus modernes et performants. Mais qu’en est-il de leur avenir, dans un contexte actuel où les drones sont capables de bouleverser les conflits modernes ? Le sujet a été traité dans un article de Popular Mechanics le 10 août 2022 et surtout sur la plateforme War on the Rocks de l’analyste étasunien Zachary Kallenborn. L’intéressé, à l’origine du terme « nécro-aéronautique », s’est posé la question suivante : les États-Unis pourraient-ils lever une immense armée de drones autonomes à partir de ces engins obsolètes ?

En réalité, la Russie et la Chine ont déjà un passif à ce niveau. La première a mobilisé aux portes de l’Ukraine un groupe d’anciens biplans An-2 datant de la guerre froide. Ces appareils ont été transformés en drones, probablement des leurres destinés à semer la confusion au sein des forces ennemies. Quant à la Chine, celle-ci a déjà transformé d’anciens chasseurs soviétiques des années 1950 en une escadrille de drones sans pilote. Le but ? Tester le concept tactique d’essaim d’appareils autonomes et entraîner des pilotes aux potentielles menaces du futur.

De nouvelles escadrilles zombies

Les appareils dont il est ici question sont généralement obsolètes, trop vieux pour être pilotés. Ceux-ci sont même utilisés pour la récupération de pièces de rechange à destination d’autres aéronefs encore en service. Toutefois, certains peuvent encore voler, comme les F-16 que les États-Unis possèdent encore par centaines. Certains F-16 sont même devenus aujourd’hui des QF-16 (voir image ci-après), c’est-à-dire des avions sans pilotes servant de cibles volantes dans le cadre de l’entraînement des pilotes humains.

QF-16 avion chasse drone
Crédits : NARA & DVIDS Public Domain Archive

Selon Zachary Kallenborn, si ces F-16 remaniés peuvent être utiles pour l’entraînement des pilotes, ceux-ci pourraient également mener d’autres missions. Armés, ils pourraient remplacer d’autres drones plus onéreux afin de s’approcher encore plus près du danger. En groupe, ils pourraient aussi tirer des missiles de toutes sortes et occasionner des dégâts inédits.

Il est donc question de nouvelles escadrilles zombies dont il resterait seulement à définir et mettre au point un type d’armement adapté. En effet, l’US Air Force a déjà de l’expérience et sait comment guider des appareils autonomes. Il pourrait même s’agir de développer des armes efficaces et en grand nombre pour un coût abordable, mais aussi tester de nouvelles tactiques et ce tout en préservant les effectifs humains.