in

Découverte : un Jupiter chaud sans nuages

Crédits : M. Weiss / Centre d'astrophysique | Harvard et Smithsonian

Une équipe d’astronomes annonce avoir détecté la première planète semblable à Jupiter enveloppée d’une atmosphère sans nuages. Les résultats de cette étude sont publiés dans The Astrophysical Journal Letters.

WASP-62b est une géante de gaz détectée pour la première fois en 2012. Son atmosphère n’avait cependant jamais été étudiée de près jusqu’à présent. Dans le cadre de sa thèse, le doctorant Munazza Alam, du Harvard-Smithsonian Center for Astrophysics, a travaillé sur la caractérisation des exoplanètes, en se concentrant principalement sur la composition de leur atmosphère. WASP-62b, retrouvé à 575 années-lumière de la Terre, était l’une de ses cibles.

Une atmosphère étonnamment claire pour ce Jupiter chaud

WASP-62b est ce qu’on appelle un « Jupiter chaud ». Autrement dit, c’est une planète semblable à Jupiter, mais orbitant très près de son étoile. Contrairement à « notre » Jupiter qui complète un tour du Soleil en douze ans environ, celle-ci effectue une rotation autour de son étoile en seulement quatre jours et demi. Cette proximité avec son hôte la rend extrêmement chaude, d’où le nom de « Jupiter chaud ».

Dans le cadre de cette étude, Alam s’est appuyé sur le télescope Hubble pour effectuer des analyses de spectroscopie (ou l’étude du rayonnement électromagnétique) de manière à sonder les différents éléments chimiques contenus dans son atmosphère. Le chercheur s’est particulièrement concentré sur la présence de sodium et de potassium.

Bien qu’il n’ait relevé aucune preuve de potassium dans les données recueillies, la présence de sodium était remarquablement claire (grâce aux raies d’absorption ou « empreintes digitales » de l’élément). La présence de nuages ​​ou de brume dans l’atmosphère de la planète aurait normalement obscurci la signature complète du sodium et en général, les astronomes ne peuvent distinguer que de petits indices de sa présence. Ainsi, le fait que cet élément apparaisse si clairement dans les données témoigne indirectement de l’absence de nuage dans l’atmosphère du Jupiter chaud.

planète
Vue d’artiste montrant une exoplanète de type Jupiter chaud en orbite autour de son étoile. Crédits : NASA / CALTECH

Le JWT pour sonder l’atmosphère des exoplanètes

La découverte est intéressante dans la mesure où ces « planètes sans nuages » ​​sont extrêmement rares. Les astronomes estiment que moins de 7% des exoplanètes en sont dépourvus. WASP-96b, la première et la seule autre exoplanète connue avec une atmosphère claire, n’a été découverte qu’en 2018.

Naturellement, l’étude de ces exoplanètes ​​pourrait nous conduire à une meilleure compréhension de la façon dont elles se forment. Ces atmosphères facilitent également l’étude de leur composition chimique. Les chercheurs espèrent maintenant pouvoir s’appuyer sur le James Webb Telescope (JWT), dont le lancement est toujours prévu pour le mois d’octobre prochain pour sonder l’atmosphère de WASP-62b plus en profondeur.