in

Découverte d’une pépinière préhistorique de grands requins blancs

Crédits : iStock

Une équipe de chercheurs annonce avoir identifié les restes d’une pépinière préhistorique de grands requins blancs dans la région de Coquimbo, au nord du Chili.

Nous savons que les grands requins blancs protègent leurs petits dans des nurseries, généralement situées dans les mers peu profondes ou les baies protégées. Les requins adultes gardent ainsi leurs petits à l’écart des prédateurs dans des zones riches en ressources alimentaires, attendant qu’ils puissent survivre par eux-mêmes.

En 2016, le groupe de recherche Ocearch avait notamment découvert l’une de ces pépinières au large des côtes de New York (États-Unis), comme le rapportait un article du Smithsonian. À l’époque, les chercheurs avaient réussi à “marquer” neuf grands juvéniles au large de Long Island.

Les biologistes marins, qui sont toujours à la recherche d’autres nurseries du même genre, focalisent particulièrement leur attention sur les structures plus anciennes. Leur étude pourrait en effet nous en apprendre davantage sur le passé de cette espèce emblématique menacée d’extinction, nous amenant finalement à mieux diriger les efforts de conservation futurs.

Dans cet esprit, une équipe de l’Université de Vienne (Autriche) dirigée par Jaime A. Villafaña s’est récemment rendue le long de la côte Pacifique du Chili et du Pérou, se concentrant sur trois sites potentiels. L’un d’eux, peut-on lire, abritait un certain nombre de dents juvéniles, suggérant effectivement la présence d’une pépinière. Notez que les recherches se concentrent principalement sur les dents, dans la mesure où les squelettes cartilagineux des requins ont tendance à vite se dégrader.

Une pépinière du Pliocène

En analysant plusieurs de ces dents, les chercheurs ont alors eu la surprise de constater que toutes avaient été formées il y a entre 2,5 et 5 millions d’années. Cette nouvelle étude, dont les détails ont été publiés dans la revue Scientific Report, suggère ainsi que les grands requins blancs s’appuient sur des nurseries pour élever leurs petits depuis au moins l’époque du Pliocène.

requins
Certaines des dents préhistoriques du grand requin blanc étudiées par les chercheurs. Crédits : Jaime Villafaña / Jürgen Kriwet

Cette étude suggère également que les grands requins blancs ont peut-être été beaucoup plus communs dans le passé au large des côtes du Pacifique en Amérique du Sud, alors qu’ils se font assez rares aujourd’hui dans cette région.

Ce qui est intéressant c’est que cette zone, alors fréquentée par les bébés requins, baignait à l’époque dans un climat beaucoup plus chaud. Selon les chercheurs, cela suggère que le réchauffement climatique, provoquant une augmentation des températures océaniques actuelles, pourrait amener les grands requins blancs à réagir en déplaçant leurs pépinières en conséquence.

Source