in

Covid-19 : selon une étude, l’eau de piscine tue le virus en 30 secondes

Crédits : SnappyGoat

Des chercheurs britanniques ont dernièrement affirmé que le chlore de l’eau de piscine pouvait tuer le coronavirus SARS-CoV-2 en environ trente secondes. Les résultats de ces travaux ont permis aux scientifiques d’assurer qu’aucune contamination n’était possible dans les piscines traitées au chlore.

Le chlore inactive le coronavirus

En mai 2020, nous nous posions la question de savoir si les contaminations étaient possibles ou non en se baignant dans l’eau de mer. Selon l’Ifremer en France, le coronavirus n’est aucunement présent ni dans l’eau de mer ni dans les coquillages. Au même moment, des travaux du Conseil supérieur de la recherche scientifique espagnole (CSIC) affirmaient que les risques étaient nuls en ce qui concerne l’eau des piscines. Selon les résultats, l’eau des piscines est capable de réduire la viralité du Covid-19 en raison de la présence de chlore. Une étude récente de l’Imperial College de Londres (Royaume-Uni) a livré des résultats allant dans le même sens. Ils affirment même que l’eau de piscine est capable d’inactiver le virus en seulement trente secondes.

“En mélangeant le virus à l’eau de piscine qui nous a été livrée par l’équipe de Water Babies [une société, NDLR], nous avons pu montrer que le virus ne survit pas dans l’eau de piscine. Il n’était plus contagieux. Cela, ajouté à l’énorme facteur de dilution du virus qui pourrait se frayer un chemin dans une piscine à partir d’une personne infectée, suggère que le risque de contracter le Covid-19 à partir de l’eau de la piscine est négligeable”, a déclaré Wendy Barclay, principale auteure de l’étude dans un communiqué du 16 avril 2021.

piscine eau
Crédits : Coralie Mercier / Flicjr

Une étude qui reste à vérifier

Dans le cadre de leurs travaux, les chercheurs ont évoqué une concentration de chlore libre de 1,5 mg par litre et un pH compris entre 7 et 7,2. Cette configuration réduirait de plus de mille fois en seulement trente secondes la capacité du coronavirus SARS-CoV-2 à infecter. Néanmoins, ces résultats doivent être considérés avec prudence. En effet, l’étude n’a pas encore fait l’objet d’une publication dans une revue scientifique. Il n’y a donc pas eu de validation par des pairs.

Par ailleurs, d’autres tests ont permis d’affirmer que le chlore que contient le gaspilleur de piscine est encore plus efficace à un pH plus bas. Pour les chercheurs, il s’agit d’une excellente nouvelle pour toutes les personnes effectuant une activité professionnelle (ou sportive) en lien avec l’eau de piscine. Ces recherches sont-elles réellement de bon augure pour une réouverture des piscines dès cet été ? Rien ne permet de l’affirmer.