in

« L’Arbre de vie », cet immeuble végétalisé qui s’élèvera à Créteil en 2024

Crédits : AD

À Créteil se dressera bientôt « l’Arbre de vie », une tour végétalisée de 140 mètres de haut. Ce bâtiment nouvelle génération hébergera des milliers de végétaux et permettra d’abaisser la température autour de lui. Un signal architectural unique, précurseur et respectueux de l’environnement de l’Est parisien.

Rafraîchir les villes

Les 20 dernières années les plus chaudes l’ont été au cours des 22 dernières années, et la tendance à la hausse devrait se poursuivre. Le phénomène touche particulièrement les zones urbaines qui, en gagnant toujours plus de terrain, ont troqué les arbres contre du bitume. Le problème, c’est que le bitume absorbe la chaleur du soleil, puis la rediffuse. En conséquence, il n’est donc pas rare d’enregistrer des températures bien supérieures dans les villes que dans les campagnes. Parfois jusqu’à 10/12 degrés Celsius.

Depuis plusieurs années les climatiseurs ont envahi nos immeubles, nous permettant de mieux supporter la chaleur. Toutefois, ils n’en restent pas moins très gourmands en énergie. L’offre en électricité étant limitée, nous devons alors trouver un autre moyen de nous rafraîchir. En ce sens, beaucoup se tournent vers les végétaux.

Les végétaux peuvent en effet réduire la température de l’air en bloquant la lumière solaire. Surtout, les arbres transpirent par leurs feuilles, se présentant finalement comme de véritables climatiseurs naturels. Pour vous donner un ordre d’idée, un arbre mature peut évaporer jusqu’à 450 litres d’eau, soit l’équivalent de cinq climatiseurs qui tourneraient pendant vingt heures.

En ce sens, certains ont décidé de miser sur les tours végétalisées. Les « Bosco verticale », ces deux tours dressées à Milan en 2014, signées de l’architecte Stefano Boeri, nous viennent de suite à l’esprit. Mais il y en a d’autres. À New Delhi, Shanghai, Jakarta, Le Caire, Mexico ou São Paulo, plusieurs projets s’en inspirant sont actuellement en cours de développement.

arbre de vie
Planter un arbre en ville remplace 5 climatiseurs. Crédits : Pixabay

Un « Arbre de vie »

En France, tous les regards se tournent aujourd’hui vers Créteil, où se dressera en 2024 celle que l’on surnomme « l’Arbre de vie ».

Cette tour végétale – la plus grande d’Europe (140 mètre de haut) – a été imaginée par Oxo Architectes et B&C France. Elle se dressera à la jonction de la ligne 8 et de la future ligne 15 du Grand Paris Express.

À l’intérieur du bâtiment seront notamment implantés plus de 20 000 arbres et végétaux qui absorberont du CO2, rejetteront de l’oxygène et abaisseront les températures environnantes. Parmi ces espèces, la grande majorité seront indigènes du Bassin parisien.

Manal Rachdi, architecte concepteur du projet, évoque un « rapport 50/50 entre architecture et nature » faisant de cet immeuble un véritable « organisme vivant ». Des nichoirs, disposés à plusieurs étages, seront également proposés pour les oiseaux de la région.

Par ailleurs, deux mille mètres carrés du bâtiment seront voués à des espaces d’agriculture urbaine, dont la production sera consommée sur place, dans le restaurant en rooftop.

Un véritable îlot de fraîcheur

Cette incroyable tour dénotera par sa composition, mais également par son allure, volontairement torsadée.

« Nous l’avons fait tourner sur elle-même pour que sa façade principale ne soit pas orientée vers les vents dominants de sud-sud-ouest, explique l’architecte, interrogé par Paris Match. Ce twist crée une silhouette aérodynamique, comme l’aile d’un avion qui fuse dans le vent. Cela favorise les économies de matière structurelle de l’ordre de 5 % à 10 % ».

De plus, cette architecture aura pour effet de ramener de l’air dans les hauteurs, de manière à le rafraîchir, avant de le faire descendre, créant finalement de véritables îlots de fraîcheur capables de réduire de 3 à 4 °C la température de l’espace environnant.

« Cette forme (…) permet aussi une meilleure orientation au soleil, poursuit l’architecte. Il n’y a pas une façade par orientation, mais chacune en a plusieurs, ce qui fait que le parcours du soleil est plus favorable pour éclairer le bâtiment ».

tour immeuble arbre de vie
Crédits : Manal Rachdi

Une quasi autonomie énergétique

Enfin, il est prévu que la tour produise sa propre énergie grâce à des panneaux solaires et des éoliennes installés sur le toit. Une centrale de géothermie permettra également d’aller chercher la chaleur jusqu’à 70 mètres de profondeur avant de la remontée, et de la diffuser au besoin.

Grâce à ces différentes approches, la tour profitera d’une quasi-autonomie énergétique : 90 % de l’énergie y sera renouvelable.