in

En 1916, cette petite ville pendait un éléphant dans des circonstances effroyables

Crédits : The Anarchist Coloring Book / Wikimedia Commons

Mary était l’éléphant star d’un cirque aux États-Unis du début du XXe siècle. Or, cette femelle fut exécutée par pendaison dans une petite ville de l’état du Tennessee. Son crime ? Avoir tué un dresseur impitoyable et violent.

Un dresseur qui terrorisait les animaux

Actuellement, trois espèces d’éléphants vivent sur Terre : Loxodonta africana et Loxodonta cyclotis en Afrique et Elephas maximus en Asie. Or, si la première est considérée comme étant « seulement » vulnérable par l’Union internationale pour la conservation de la nature (UICN), les deux autres sont classées en danger d’extinction. Dans de nombreux pays, les éléphants sont sanctuarisés malgré des faits de braconnage fréquents. De nos jours, tuer un éléphant est un geste impardonnable, mais il y a plus d’un siècle, des hommes ont tout de même osé pendre un de ces animaux, comme l’expliquait un article de Medium.

À la fin de l’été 1916, le Sparks Brother’s Circus se rendait en effet à Saint-Paul en Virginie (États-Unis) pour y donner un spectacle. Au programme, des lions de mer, des hommes statues et surtout une troupe d’éléphants. Walter Eldridge, dit « Red » en raison de la couleur de ses cheveux, tomba alors sur une affiche du cirque. Cherchant du travail, il tenta sa chance auprès de Charlie Sparks, le directeur du cirque.

Or, ce dernier cherchait une personne pour s’occuper des éléphants et engagea donc Walter Eldridge. L’homme se fondit alors dans le décor et apprit très vite le métier auprès des autres soigneurs. Cependant, il montra aussi rapidement des signes d’impatience et de violence, terrorisant de manière constante les animaux au moyen de sa baguette cinglante.

Un éléphant mis à bout

Un premier problème survint un matin, seulement deux jours après l’embauche de Walter Eldridge. Le dresseur conduisait le groupe d’éléphants vers une réserve d’eau, mais en route, l’éléphant Mary, la vedette du cirque, aperçut un melon sur le côté de la route, sans doute tombé d’un véhicule. L’animal tenta de le ramasser, mais le dresseur désirait le faire repartir et lui tapa sur la tête avec une trique. L’animal criant de douleur s’énerva et saisit l’homme avant de le jeter au loin. Furieux, ce dernier se releva, mais fut retenu par les autres dresseurs et soigneurs.

L’après-midi du même jour, le Sparks Brother’s Circus donnait un spectacle. Revanchard, Walter Eldridge mena Mary durement. Les animaux paradaient sous les applaudissements du public, mais à chaque écart de Mary, le dresseur en profitait pour lui donner un coup de trique. Au fur et à mesure de la représentation, l’éléphante s’énerva et s’agita sous ses réprimandes. Elle finit par le saisir une nouvelle fois pour le projeter. Toutefois, l’animal décida cette fois d’en découdre définitivement. Mary se rua sur l’homme et écrasa la tête du dresseur à l’aide de son énorme patte.

Une exécution effroyable

Rapidement, la foule cria à « l’éléphant tueur » et plusieurs personnes dégainèrent leurs armes à feu, dont le directeur du cirque et surtout un forgeron présent dans le public qui tira en direction de l’animal par cinq fois sans le blesser. Toute l’assemblée désirait voir l’éléphant mourir. Le directeur du cirque eut alors une idée pour éviter qu’on lui retire l’autorisation de produire des éléphants. Il proposa un acte symbolique : pendre l’animal comme un bandit de grand chemin.

Pendre un éléphant de cette taille semblait impossible. Néanmoins, les vengeurs trouvèrent une solution. Erwin (Tennessee), une ville se trouvant à une centaine de kilomètres de Saint-Paul, possédait en effet une grue qui servait au déchargement des trains qui transportaient le charbon. Or, cet équipement d’une centaine de tonnes était capable de soulever Mary. Le lendemain de la mort de Walter Eldridge, le cirque se rendit à Erwin pour exécuter l’éléphant. Pas moins de 3 000 personnes payèrent leur place pour assister à la pendaison de l’animal désormais surnommé « Mary la meurtrière ».

Elephant mary
Crédits : The Anarchist Coloring Book / Wikimedia Commons

Après avoir attaché une chaîne autour de la tête de l’éléphant, un dresseur et le bourreau, un pompier de la ville, s’exécutèrent. Sous la force de la grue, la chaîne se tendit et souleva l’animal de cinq tonnes. Toutefois, celle-ci céda quelques secondes plus tard, libérant l’éléphant tombant au sol. La foule prit peur et s’enfuit, mais Mary avait la hanche brisée et ne pouvait pas bouger. Le bourreau choisit alors une chaîne plus solide et l’exécution reprit. L’éléphant resta finalement une demi-heure pendu de cette manière avant d’être enterré au même endroit sans aucun soin, dans une fosse.