in

Voici à quoi ressemblera la mort du Soleil

Crédits photo : ESO / Pierre Kervella et al. / Observatoire de Paris / LESIA

On le sait, la durée de vie des étoiles n’est pas éternelle. D’ici 4 à 5 milliards d’années, notre Soleil aura brûlé toutes ses réserves en hydrogène. Il se mettra à enfler jusqu’à avaler la Terre avant de s’éteindre définitivement quelques milliards d’années plus tard. Et voici à quoi sa mort ressemblera.

La photographie ci-dessus a été capturée grâce au Very Large Telescope de Cerro Paranal situé au Chili, par une équipe internationale dirigée par Pierre Kervella, astronome de l’Observatoire de Paris, au Laboratoire d’études spatiales et d’instrumentation en astrophysique. Elle montre une étoile géante rouge appelée L2 Puppis, sa taille atteint 120 fois celle de notre Soleil et elle brille 2000 fois plus. Pourtant, cette étoile située à 210 années-lumière de la Terre est beaucoup plus jeune que notre étoile (4,5 milliards d’années), puisqu’elle est née il y 1,5 milliard d’années « seulement ».

Reste que L2 Puppis est déjà entrée dans son « quatrième âge stellaire », soit en fin de vie. Cela s’expliquerait par sa masse plus importante qui lui aurait permis de briller beaucoup plus intensément durant son existence, et ainsi de brûler rapidement ses réserves d’hydrogène. L’étoile est désormais entourée d’un gigantesque disque de poussière, lequel serait constitué de matières éjectées par l’astre à l’agonie.

La découverte de ce disque « est un pas important dans la compréhension de la fin de vie des étoiles de masses faibles et intermédiaires comme notre Soleil. Les mécanismes en jeu dans cette phase complexe sont encore mal connus, notamment la manière dont ces étoiles restituent leur matière au milieu interstellaire pour former des nébuleuses planétaires, ces enveloppes de gaz en expansion éjectées de l’étoile en fin de vie » explique l’Observatoire de Paris.

Notre Soleil devrait donc entrer dans cette même phase d’ici 4 milliards d’années puis il s’éteindra jusqu’à ce qu’il n’en reste plus qu’une naine noire, sombre et morte.

Source : Observatoire de Paris