in

Voici CYU, un court-métrage où l’homme se confronte à la nature

Capture vidéo

Le réalisateur français Alexandre Jamin a tourné un court-métrage de très bonne facture au Mexique. CYU traite du dépassement de soi face aux difficultés imposées par la nature sur fond de relation fraternelle entre deux êtres.

Le court-métrage CYU débute par de magnifiques plans de paysages colorés qui laissent très vite place à une lumière sombre et inquiétante. Le réalisateur a volontairement choisi les images pour exprimer le dépassement de soi et déranger un maximum le spectateur.

Le héros du court-métrage de 14 minutes est un plongeur arpentant les mers dans le but d’explorer les profondeurs. Depuis un certain temps, un étrange message se répète sur son répondeur, laissé par sa sœur qu’il retrouvera plus tard dans un autre monde situé sous l’océan.

Interviewé par Konbini, l’intéressé indique avoir donné les principaux rôles à des plongeurs professionnels. Étant lui-même plongeur depuis ses 10 ans, Alexandre Jamin explique avoir voulu livrer sa propre « vision sous-marine ». Le réalisateur semble par ailleurs très heureux d’avoir fait son premier film sous l’eau en étant parti à l’aventure au Mexique dans la région du Yucatan.

L’expérience du tournage de film a été qualifiée par son créateur de « magique, dangereux et intense », car, celui-ci a été tourné à 50 mètres de profondeur. Par ailleurs, Alexandre Jamin donne ses inspirations, principalement en lien avec la peinture, en citant Caspar David Friedrich, le Caravage, Eugène Delacroix ou encore Théodore Géricault. En ce qui concerne la photographie, le réalisateur dit s’être inspiré du travail d’Emmanuel Lubezki et de Roger Deakins.

Après le succès de la campagne de financement participatif de l’an dernier, Alexandre Jamin a vu son film classé second au Monthly Film Festival (TMFF) et se penche déjà sur son prochain projet baptisé The Seed (la graine). Celui-ci prend la forme d’un court-métrage choral de science-fiction dans lequel seront racontées les aventures d’un scaphandrier en 1917 ainsi que celles d’une spationaute du futur.

En attendant, voici le court-métrage CYU :

Sources : The Monthly Film FestivalKonbini