in

Une étude alerte sur la fonte ‘exceptionnelle’ des glaciers himalayens

Himalaya
Crédits : pix4free.

Des chercheurs ont récemment produit une reconstruction détaillée de l’évolution des glaciers himalayens depuis le petit âge de glace. Les résultats confirment entre autres le caractère exceptionnel du recul observé au cours des dernières décennies. Aussi, l’étude publiée dans la revue Scientific Reports dresse un bilan sans précédent de l’évolution passée et présente desdits glaciers.

Situés sur le toit du monde, les glaciers himalayens constituent une ressource en eau pour des centaines de millions de personnes vivant au sud du continent asiatique. Toutefois, ces bienfaiteurs sont grandement menacés par le réchauffement du climat. Par conséquent, comprendre comment les glaciers et les cours d’eau qu’ils alimentent se modifient est un enjeu majeur dans cette région où les populations dépendent par ailleurs grandement de l’agriculture.

Le recul exceptionnel des glaciers himalayens

Dans une étude parue ce 20 décembre, un groupe de chercheurs a évalué de quelle façon les glaciers de l’Himalaya avaient évolué depuis le petit âge de glace. Au total, ce sont près de 15 000 d’entre eux qui ont été pris en compte. Les résultats montrent que la surface occupée par ces derniers est passée de 28 000 km² au pic d’extension il y a environ 500 ans à quelque 19 600 km² aujourd’hui. Une baisse dont le rythme s’est fortement accéléré sur les dernières décennies.

En effet, la vitesse de fonte atteint désormais dix fois celle qui prévalait en moyenne depuis la sortie du petit âge glaciaire. Il s’agit de la signature indéniable du réchauffement climatique anthropique qui a véritablement démarré à cette période. Mais ce n’est pas tout. Non seulement les glaciers himalayens reculent de plus en plus vite, mais ce sont aussi ceux qui diminuent le plus rapidement dans le monde. Un rythme que les chercheurs n’hésitent pas à qualifier d’exceptionnel.

glaciers
(A) Étendue des zones glaciaires (ronds, en km²) durant le petit âge de glace et diminution de l’altitude de la surface des glaciers depuis (couleurs, en mètre par an). (B) Évolution du bilan de masse pour chaque région sur la même période. L’axe vertical indique le nombre de glaciers, l’axe horizontal le bilan de masse (en équivalent eau de fonte, en mètre par an). Crédits : Ethan Lee & coll. 2021.

« Nous montrons qu’ils ont perdu au moins 40 % de leur superficie et entre 390 et 586 kilomètres cubes de glace depuis le petit âge glaciaire, équivalant de 0,92 et 1,38 millimètre de niveau de la mer », rapporte l’étude dans son résumé. « Les pertes les plus rapides étant mesurées à l’est du Népal et au Bhoutan, au nord de la ligne de partage principale ».

Une modélisation contrainte par les observations

Mais comment les scientifiques s’y sont pris pour évaluer les changements sur autant de glaciers et aussi loin dans le temps ? Grâce à l’analyse d’images satellitaires à haute résolution, il a été possible de repérer avec précision les anciennes limites géographiques des glaciers et d’évaluer leur extension ainsi que leur épaisseur maximales au moment du petit âge de glace. Ces données ont ensuite été comparées avec les observations actuelles et intégrées à un modèle numérique pour calculer et temporaliser les pertes de masse.

« Les habitants de la région constatent déjà des changements qui dépassent tout ce qui a été observé depuis des siècles », souligne Simon Cook, coauteur du papier. « Cette étude n’est que la dernière confirmation que ces changements s’accélèrent et qu’ils auront un impact significatif sur des nations et des régions entières ».