in

La NASA a besoin d’un nouveau télescope pour trouver la « jumelle » de la Terre

Crédits : LoganArt/Pixabay

La NASA a besoin d’un nouveau télescope suffisamment puissant pour dénicher et analyser des planètes semblables à la Terre. C’est le point à retenir du nouveau rapport de l’agence américaine définissant les priorités de l’astronomie au cours de la prochaine décennie.

Tous les dix ans, les National Academies of Sciences, Engineering and Medicine conseillent les agences gouvernementales sur les objectifs que les astronomes devraient prioriser au cours de la prochaine décennie. Il y a quelques jours, les membres de cette organisation ont publié leur dernier rapport.

Dans cette étude, les chercheurs soulignent trois priorités de recherche majeures : mieux comprendre la nature des objets très massifs, tels que les trous noirs et les étoiles à neutrons ; étudier la formation et l’évolution des galaxies ; et identifier les « mondes habitables semblables à la Terre« . C’est ce dernier point qui nous intéresse aujourd’hui.

Un télescope pour trouver une deuxième Terre

À ce jour, plus de 4 500 exoplanètes confirmées ont été détectées de manière indirecte. Ces méthodes sont suffisantes pour déterminer l’orbite, le rayon, la masse et parfois la densité de ces objets. Désormais, les chercheurs aimeraient cependant en savoir davantage, comme appréhender la composition chimique de leur atmosphère ou déterminer la présence d’eau liquide en surface. Bref, ce sont autant de données susceptibles de nous dire si un monde est en mesure d’accueillir la vie telle que nous la connaissons.

Pour obtenir ces informations, nous devons observer et suivre ces planètes de manière directe. Et pour cela, nous avons besoin d’un télescope dédié qui n’existe pas encore.

Selon le comité, la NASA devrait construire un télescope superpuissant équipé de capteurs infrarouges, optiques et ultraviolets. Pour rappel, Hubble ne travaille aujourd’hui que dans l’optique et l’ultraviolet, tandis que le James Webb Telescope, dont le lancement est prévu le 18 décembre prochain, se focalisera sur l’infrarouge.

Ce futur télescope devra également être équipé d’un coronographe, de manière à bloquer la lumière directe d’une étoile. Sans ce type d’instrument, ces exoplanètes seraient en effet être obscurcies par la lumière de leur étoile, dont certaines sont plus de dix milliards de fois plus brillantes.

james webb telescope
Pour trouver la « jumelle » de la Terre, la NASA a besoin d’un nouvel observatoire. Crédits : Pixabay

Sommes-nous seuls dans l’univers ?

Avec un tel télescope, « vous n’allez pas voir de continents à la surface des planètes. Nous verrons de petits points distincts« , précise à The Atlantic Bruce Macintosh, astrophysicien à Stanford et membre du comité. Toutefois, de simples « petits points » peuvent nous apprendre une mine d’informations.

En analysant la lumière réfléchie par ces planètes, les scientifiques pourront également comprendre la composition chimique de leur atmosphère. La présence d’eau, d’oxygène ou de méthane pourrait alors faire allusion à la présence de vie sur la planète, si tant est que les possibles sources abiotiques aient été écartées.

Toujours selon le comité, un tel observatoire coûterait environ onze milliards de dollars. Idéalement, il pourrait être lancé au début des années 2040.

Avec la capacité de découvrir et d’analyser ces atmosphères, nous aurons alors les moyens de commencer à répondre à cette question fondamentale : sommes-nous seuls dans l’univers ?