in

Se doucher tous les jours serait nocif, quelle est alors la fréquence idéale ?

Crédits : tookapic / Pixabay

Les dermatologues sont formels, se doucher quotidiennement est nocif pour notre peau et notre corps. Des experts nous donnent alors la fréquence idéale pour se doucher tout en maintenant le bon compromis entre hygiène corporelle et une peau saine.

Assèchement de la peau, flore bactérienne naturelle en danger, nombreux sont les effets néfastes pour notre corps à se laver entièrement, quotidiennement. Mais comme pour une majorité des pays européens, nous avons pris cette habitude, et ne pas s’y tenir représente à nos yeux un manque d’hygiène.

Pour le journal “The Times“, John Oxford, professeur de virologie (l’étude des virus et des agents infectieux) à la Queen Mary’s School of Medecine and Dentistry, a déclaré : “Une douche vigoureuse quotidienne perturbe la flore naturelle et les huiles de la peau. Si les gens se lavent les mains assez et font attention aux zones intimes sous la ceinture, se laver tous les deux jours ne pose pas de problème. Même deux fois la semaine ne serait pas un souci si les gens utilisaient un bidet quotidiennement. (…) Nous faisons trop attention à la beauté du corps et aux odeurs. Nous devrions nous laver pour stopper les infections, pas pour des raisons esthétiques.” Une analyse partagée par le dermatologue new yorkais Joshua Zeigner, qui évoque un “phénomène culturel” quand à notre goût pour les bonnes odeurs corporelles.

Quand on se douche, ou que l’on se lave en profondeur tous les jours, on retire les bonnes bactéries qui sont présentes naturellement sur notre peau. Des petites fissures apparaissent et des infections comme l’eczéma ou les allergies peuvent voir le jour dans ces peaux fissurées par la sécheresse. C’est la spécialiste Katherine Ashenburg qui l’affirme, ajoutant qu’il est “préférable de ne pas se laver tous les jours et de faire de son mieux pour passer sous la douche tous les deux ou trois jours. Il en est de même pour les enfants et les bébés“.

Néanmoins, il semble bien que ces habitudes qui nous sont profondément ancrées seront très difficiles à modifier. Encore faut-il le vouloir.